🇨🇷 Les sacs à dos disparus

Très excités après nos observations d'animaux, nous reprenons notre route pour découvrir toujours plus du Costa Rica. Nous passons le 28 mai à Palma Sur voir des esferas. Il s'agit de sphères en pierre, faisant entre quelques centimètres et 2 mètres de diamètre et qui ont été sculptées par des peuples précolombiens. Malheureusement à l'heure actuelle nous n'avons aucune information sur ces anciens peuples ni sur l'utilité des sphères 😑 Notre visite aura donc été courte et peu passionnante, mis à part pour les aras macaos qui volaient d'arbre en arbre au dessus de nos têtes. Et dire qu’on hésitait à aller dans un musée payant pour les voir 🙄

Un peu plus loin nous nous arrêtons pour plusieurs jours au bord de la Playa Blanca. Elle jouxte le parc national du Corcovado qui semble contenir une faune riche et variée mais sur laquelle nous allons faire l'impasse, la difficulté d'accès au parc et le budget nécessaire nous ayant refroidi 😓 En revanche le lieu où nous sommes est en tout point idéal : la plage en galets (moins de ménage dans le bolide) offre une vue magnifique sur une petite baie dans laquelle s'ébattent des tortues marines qui nous font le plaisir de sortir leur tête régulièrement 🐢 Nous aurions bien voulu nager avec elles mais la visibilité dans l'eau se limite à un mètre, la faute aux récentes pluies diluviennes. Comme nous restons plusieurs jours nous nous installons comme au camping : hamac entre les arbres, store banne et tancarville pour nos lessives 😁




Outre les activités traditionnelles comme l’école, les jeux de société, la lecture ou l'écoute de musique, notre séjour sera marqué par deux soirées à profiter de la bioluminescence de la baie 🌟 Il s'agit d'un phénomène naturel causé par des bactéries et des microalgues qui émettent des genres d'étincelles quand on agite l'eau. L'effet est époustouflant, on s'imagine facilement en super-héros vu les étincelles qui nous accompagnent dans tous nos déplacements ou en magicien en faisant tournoyer ces mêmes étincelles entre nos mains ðŸ§™ Impressionnantes ces curiosités que la nature peut nous révéler 🤩

Après un séjour paradisiaque nous remontons la côte Pacifique du Costa Rica pour rejoindre Uvita. Nous n’avons pas vraiment envie de changer de spot mais il faut bien continuer 😀 C'est la première étape dans notre bascule vers la côte caraïbe que nous ne pouvons pas rejoindre directement à cause d'une chaîne de montagne. Dans le Parque Nacional Marino Ballena, nous allons vite redescendre de notre nuage 😱 La journée avait pourtant bien commencée avec une petite randonnée pour rejoindre un spot plage plutôt calme, près de la fameuse plage en queue de baleine du parc. Nous avons prévu le pique-nique, les équipements pour le snorkeling, tout pour passer une belle journée 😎


Quand nous arrivons enfin à un spot que nous jugeons idéal après avoir passé deux passages à gué nous sommes quand même en sueur 🥵 Nous avons donc hâte de nous baigner. Toute la famille pose ses sacs, se met en maillot et court à l'eau se rafraîchir. Au bout de même pas cinq minutes nous retournons à notre emplacement pour "surveiller les sacs", parce que oui ça serait bête de se les faire voler 🤪 Mais quand on est sur place et que Lucie demande à Matthieu où il a mis nos affaires, il faut se rendre à l'évidence : nos sacs à dos ont été volés 😭 Donc là clairement c'est la panique, les enfants ont perdus leurs affaires, Lucie son sac à main et Matthieu les clés du camping-car 🚨 Les parents disent aux enfants de rester sur place et commencent à courir sur le sentier dans l'espoir improbable de tomber sur un voleur qui marcherait tranquillement avec nos sacs sur le dos 🙄 Et dans la mauvaise direction qui plus est, comme nous le découvrirons plus tard. Nous tombons sur un équipage d'Air France venu se détendre et nous leur demandons s'ils n'ont pas vu un gars louche, question à laquelle ils répondent par la négative. Matthieu est très inquiet pour le camping-car et ses clés qui sont dans la nature, il court donc le rejoindre à 40 minutes de là pendant que Lucie entraîne les hôtesses de l'air garder les enfants pour qu'elle puisse ratisser les environs. Elle retrouvera la casquette de Matthieu et le t-shirt d’Albin lors de cette toute première ronde.

De retour auprès des enfants, Lucie se rend compte de l’impact du vol sur les enfants 😨 Pour eux, un voleur est un méchant qui peut également les agresser. Ils se sont donc équipés d’un bout de bois pour Lise et d’une noix de coco pour Albin afin de se défendre si celui-ci revenait 😯 Albin a beaucoup pleuré de panique et a les yeux tout rouges. Lucie leur explique donc qu’ils sont en sécurité, qu’un voleur ça part loin avec nos affaires mais ça ne revient pas nous agresser mais le mal est fait. Nous aurions dû réagir différemment et rester avec eux 🫤 Nous nous en rendrons compte plus tard, en observant un changement de comportement pour Albin qui aura besoin de tout contrôler pendant plusieurs jours et installera un piège à voleurs dans son lit.

Pendant ce temps Matthieu est de retour au camping-car, sans clé 😬 Son objectif est d'entrer sans rien casser. Il s'essaie aux fenêtres mais celles-ci tiennent bien à leurs attaches. Impossible d'entrer également par la porte d'entrée et sa serrure de sécurité. Il finira par trouver une astuce (que nous ne divulguons pas pour des raisons évidentes) qui lui permettra de rentrer dans le bolide en attendant le reste de la famille. C'est sur ces entrefaites que la police, prévenue par le gardien, arrive 👮 Cool se dit le père de famille, ils vont aller arrêter le malandrin dans le parc et nous restituer nos affaires 👍 Que nenni, ceux-ci proposent uniquement de venir au poste un peu plus tard remplir une déclaration de vol à l'intention des éventuelles assurances et repartent aussi sec 🤔 Il faut dire qu'avec un ou deux vols par jours ils savent que l'espoir d'arrêter quelqu'un est mince.

Une fois la famille réunie, nous nous retrouvons un peu chamboulés à faire la liste exhaustive de tout ce que nous avons perdu au poste de police. Nos affaires de snorkeling que nous avions emmenées pour profiter des fonds marins ainsi que notre pique-nique ont été dérobés 🤿 Pour Albin les pertes s'arrêtent là. Pour Matthieu il faut ajouter un jeu de clés du camping-car et ses lunettes de soleil 🕶️ Pour Lucie ce sont surtout son téléphone, son porte monnaie contenant l'argent que nous venions de retirer (environ 400€), une chaussure (oui, une seule), nos cartes d'identité, sa carte bleue et ses lunettes de soleil qui ont été volés 💳 C'est Lise qui a perdu le plus de choses affectives contenues dans sa sacoche : ses petits trésors, des bonbons périmés mais aussi son couteau suisse et son appareil photo avec toutes ses photos 😭 Spoiler : cette déclaration à la police ne servira à rien et surtout pas aux assurances.

C'est la première fois qu'un vol nous arrive et nous sommes un peu abattus ☹️ Cependant on essaie de relativiser, on a de la chance ce ne sont que des pertes matérielles et rien ne remet en cause notre voyage. Après avoir récupéré un peu de motivation on se dit qu'on va aller tenter de récupérer quelques affaires, ce qui n'est pas forcément simple dans ce grand parc débordant de végétation. Avec sa vision de lynx Lucie part seule pour ce premier tour. Elle reviendra avec les jambes férocement attaquées par les moustiques et deux de nos serviettes de bain qu'elle retrouvera 3h plus tard, juste avant la fermeture du parc 💪 Le lendemain, c'est donc plein d'espoir que nous partons à quatre pour compléter les recherches. Nous commençons du spot plage où nous nous sommes fait volé en direction du lieu où Lucie a trouvé les serviettes en cherchant dans tous les fourrés des choses qui pourraient nous appartenir. Matthieu trouve d'abord la chaussure manquante de la paire à Lucie ce qui nous motive d'autant plus 😀 Mais après deux heures d'exploration nous n'avons rien trouvé de plus. Nous faisons donc demi-tour, cette fois-ci par le côté plage. À quelques minutes du lieu du vol c'est une victoire en demi-teinte : nous trouvons le lieu où le voleur a choisi ce qu'il gardait et ce qu'il jetait. Nous retrouvons donc nos cartes d'identité, nos bouteilles d'eau et quelques trésors de Lise. Mais pour elle c'est la douche froide : l'espoir de retrouver sa sacoche avec son couteau suisse et son appareil photo s'est envolé. Les larmes coulent.


Nous rentrons au camping car soulagés d'avoir retrouvé nos cartes d'identité mais dépités de ne pas avoir récupéré plus de choses 😑 Nous reprenons la route car nous ne voulons pas rester une minute de plus dans ce coin. En roulant, Lucie se confie sur sa lassitude qui commence à s’installer et qui est exacerbée par les derniers événements. De fatigue nous supprimons plusieurs étapes de faible importance que nous voulions faire dans l'Ouest de San Jose, la capitale. Nous avons cependant gardé le Truchero Los Cocolisos qui se trouve dans un village au bout d'une longue route étroite et en pente. Tout ce que Lucie aime 😬 Soulagés d'être enfin arrivés, il est l'heure de midi bien passée. Ça tombe bien car nous sommes venus manger dans ce restaurant-élevage de truites. On nous propose donc chacun d'aller pêcher notre truite dans un petit bassin qu'une personne s'empresse de vider et de préparer aussitôt que nous avons réussi. Impossible d'avoir plus frais 🐟 Nous nous régalons avec nos quatre truites frites accompagnées de frites et de riz 😋






Après avoir passé une nuit fraîche et reposante nous nous rendons à San Gerardo de Dota dans l'espoir de pouvoir enfin observer le quetzal resplendissant dans son milieu naturel. Nous entendons parler de cet oiseau sacré des Mayas depuis que nous sommes au Mexique sans en avoir vu un seul jusqu'à présent ! Cependant la route qui y mène est extrêmement pentue et Lucie angoisse déjà de ne pas pouvoir remonter alors même qu'elle aurait préféré rester à l'entrée de la route pour ensuite prendre un taxi ou monter derrière le pickup d'un local 😬 On s'arrête sur le bas-côté, les parents sortent et commencent à parler vivement. Nous pouvons vous dire que les enfants ont sorti la tête 2 secondes et l’ont vite rentrée. Lucie ne vit pas bien du tout le manque de puissance du camping-car et estime que nous nous mettons en difficulté à descendre de telles pentes. Pour sa part Matthieu ne supporte pas de ne pas pouvoir aller n'importe où avec son bolide. La dispute s'arrête sur un compromis fort : nous n'irons pas en Amérique du Sud tant que le problème de puissance ne sera pas réglé ðŸ˜¨

Après une nouvelle nuit de sommeil, nous nous levons vers 5h30 pour aller observer le quetzal à 30 minutes de marche de notre spot. Nous avons un peu peur car le quetzal n'est pas facile à observer 😬 Nous avons trois spots possibles d’observation, à 2, 3.5 ou 5 km de notre bolide. Autant vous dire que les enfants prient pour en voir dès le premier arrêt 😂 Notre marche le long de la route nous fait passer par des pentes qu'effectivement nous ne voulions pas faire en bolide 😑 Nous arrivons dans la vallée au premier spot d'observation qu'on nous a conseillé. Mais après plusieurs minutes d'observation on se rend à l'évidence : il n'y a aucune activité aviaire dans ce coin. Nous poussons donc un peu plus loin et le hasard nous amène sur un guide accompagné d'un couple qui sont précisément en train d'observer un quetzal 🤩 L'animal est vraiment beau paré de ses plumes vertes et rouge, de sa longue queue et de sa houpette. Nous restons longuement à l'observer ainsi que son juvénile qui vole à proximité. Nous sommes vraiment satisfait de cette observation, cela valait le coup de se lever aussi tôt 😄






C'est sur cette note positive que nous quittons San Gerardo de Dota, non sans qu'un local nous ai naturellement embarqué dans sa camionnette pour nous éviter de refaire toute la montée à pied. Super sympa 👌



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

🇨🇦 Bilan et budget du Canada

🇨🇵 Premier départ : Matthieu

🇨🇵 Résumé des épisodes précédents