🇺🇸 Yellowstone : à l'entrée comme un lion, à la sortie comme un c...

Aujourd'hui, le 23 septembre, nous nous réveillons excités 😀 Nous venons de passer la nuit dans un camping de la forêt de Shoshone pour être au plus proche du parc national de Yellowstone.

Ce parc national, le plus vieux du monde (il date de 1872) est probablement LE site qu'on ne voulait pas rater aux US. Outre les phénomènes hydrothermaux exceptionnels qu'on vous détaillera un peu plus loin, on y trouve également une incroyable vie sauvage !

Mais avant d'arriver dans Yellowstone il faut déjà rouler un peu. Du camping nous mettons 20 minutes pour arriver à l'entrée Est du parc 🚙 d'où nous attendent ensuite 40 minutes de route pour rejoindre la route circulaire du parc qui permet d'accéder aux différents points d'intérêt. Mais de son guichet la ranger nous met en garde : à 9 miles nous allons tomber sur de la neige ❄️ et il faut bien laisser la priorité aux déneigeuses 😲 Matthieu n'en crois pas ses oreilles et demande à répéter mais c'est bien ça !

Le parc de Yellowstone est installé dans la caldeira du supervolcan du même nom, origine des geysers et autre sources chaudes locaux. Pour entrer il faut donc franchir les flancs du volcan, mais ce qu'on n'avait pas prévu c'est que la route qui nous mène dans le parc passe par un col à 2700 mètres. Dans notre tête, Yellowstone était plutôt synonyme de chaleur, allez savoir pourquoi 🤭

On se met quand même en route, pas très rassurés 😨 d'autant que nous n'avons ni pneus neige ni chaînes. Et effectivement au bout des 9 miles la neige arrive d'un coup. On voit à peine l'asphalte dans les deux sillons de roues qui creusent le manteau de neige, les flocons volent au vent, les pentes des montagnes sont recouvertes de blanc, ... On croirait monter à une station de ski ! Encore un peu échaudés par notre quasi-embourbage, nous roulons tout doucement et refusons de nous arrêter sur les bas-côtés pleins de neige alors qu'on rêve d'en profiter. Les enfants sont comme des fous à l'arrière alors que nous on sert les fesses ! Il faut dire qu'en Bretagne la neige n'est pas courante 😝


Nous finissons par trouver un endroit idéal, une petite zone d'arrêt presque sans neige. S'ensuit une heure de pur plaisir, partagée entre bataille de boules de neige et construction de bonhomme. Clairement un moment fort et inattendu de notre visite à Yellowstone 🤩 Et on peut vous dire qu'on est heureux d'avoir pris nos équipements pour être au chaud. Et comme le chauffage fonctionne bien, il tournera plusieurs fois dans la journée !



Comme beaucoup de parcs nationaux américains, il faut le parcourir en véhicule en faisant des arrêts aux points d'intérêt avec plus ou moins de marche selon les options que l'on choisit. Quand nous atteignons la route circulaire à Fisher Bridge, nous décidons de tourner dans le sens anti-horaire car nos prochaines étapes de trouvent au Sud de Yellowstone (et nous sommes entrés par l'Est). Pour se mettre en jambe, notre premier arrêt de fera au Mud Volcano, qui est en fait un mud pot. Vu de l'extérieur il s'agit d'une espèce de boue bouillonnante. Les mud pots se forment quand un certain type de bactéries vivent dans une source d'eau chaude. Ces bactéries désagrègent la roche environnante ce qui forme de la boue 😲


Notre deuxième arrêt sera au Grand Canyon de Yellowstone. Oui c'est un peu confusant, ce n'est pas LE Grand Canyon mais un canyon de taille respectable situé dans le parc de Yellowstone. Vu d'en haut la vue est déjà impressionnante mais en descendant par le point de vue bas sur les Lower Falls, on prend vraiment la mesure du canyon et on peut admirer en détail ses dégradés de couleur avec en prime de jolies chutes d'eau 🤩



En fin de journée nous irons voir les terrasses en travertin formées par les sources chaudes de Mammoth qui dissolve le calcaire du sous-sol avant de le redéposer de manière artistique en surface. Mais ce que nous préférons à cette endroit c'est Palette Spring, une source chaude avec des teintes pastels très agréables à l'oeil. 




Nous passerons la nuit au nord du parc, juste à l'extérieur dans la petite ville de Gardiner (les campings du parc sont pleins des mois à l'avance 😬) Moins d'une dizaine de kilomètres entre les deux, cela nous permet de continuer notre visite rapidement après notre réveil au côté des wapitis 🙂

Nous nous rendons au Norris Geyser Basin. Là bas ce sont les geysers qui sont à l'honneur et il y en a de toutes sortes. N'allez surtout pas imaginer des espèces de fontaines naturelles crachant des litres et des litres d'eau de manière spectaculaire. Ça arrive bien sûr, nous verrons d'ailleurs notre première éruption d'un peu loin, mais le plupart des geysers passent l'essentiel de leur temps à recracher de la vapeur d'eau. Lucie et Albin trouvent ces phénomènes assez rébarbatifs quand il faut les attendre alors que cela excite Matthieu et Lise qui seraient prêts a attendre longtemps (très longtemps) qu'une nouvelle éruption ait lieu 😂


Notre avant dernière étape nous amènera à l'une des stars de Yellowstone : Grand Prismatic Spring. Cette source chaude qui débite près de 2000 litres d'eau à la minute forme des cercles concentriques dans lequels se retrouvent toutes les couleurs de l'arc en ciel. Ce sont les bactéries qui vivent dans les sources chaudes qui donnent ces couleurs et chaque famille de bactérie a sa propre température de prédilection. 


Nous terminerons notre visite en allant voir le plus célèbre pensionnaire de Yellowstone : Old Faithful, l'un des rares geysers dont l'heure d'éruption est prévisible. Le spectacle ne durera que 4 ou 5 minutes mais sera vraiment exceptionnel 🤩 Que d'eau les amis, que d'eau ! 💦


Au niveau de la vie sauvage nous avons également été gâtés 😊 Outre les incontournables tamia (des petits écureuils d'Amérique du Nord), nous avons pu observer de près des bisons 😲, des wapitis, des antilopes, un coyote et des biches. Ces arrêts impromptus, non programmés dans notre planning de visite auront bien faillit nous faire oublier les phénomènes hydrothermaux ! Nous pourrions rester plusieurs heures à regarder ces animaux évoluer...





Pendant notre deuxième journée nous aurons eu la chance de rencontrer Guillaume et Lilia ainsi que leurs enfants. Ils voyagent avec leur van Mercedes de 1997 avec lequel ils ont déjà eu quelques légers soucis mécaniques, heureusement réparés 😅 Ils sont super avenants et après avoir brisé la glace, les enfants partent jouer avec leurs nouveaux copains pendant que les adultes prennent un café et se font les visites des maisons roulantes respectives. Puis les papas parlent un peu plus technique pendant que les mamans s'échangent des livres 📓 Cette rencontre imprévue égaiera notre journée, merci 😚

Voilà, Yellowstone est derrière nous et nous partons sans regrets, satisfaits d'avoir vu ces phénomènes si rares sur la Terre. Il ne nous reste plus qu'à rouler tranquillement vers la sortie et d'aller jusqu'à notre bivouac du soir 🌛

Sauf si on commence à entendre un bruit bizarre.

Un bruit bizarre qui viendrait de notre camping car.

Voir même de notre moteur.

Une petite rétrospective s'impose, depuis 2 jours, les inquiétudes mécaniques s'enchaînent. Tout d'abord, une petite perte de liquide de refroidissement dont on ne trouve pas la cause flagrante. Mais les petites flaques s'enchaînent sous notre bolide. Ensuite, des pertes de puissance. Puis des difficultés au démarrage depuis quelques jours. Matthieu met allègrement en cause l'altitude, Lucie s'inquiète et a un mauvais pressentiment 🔮


Devant le bruit bien trop suspect, évidemment on s'arrête immédiatement sur un petit parking qui se trouvait là de manière opportune. Le bruit nous inquiète, on dirait que quelque chose cogne dans le moteur. On est dimanche, il est 19h30, on ne capte aucun réseau dans le parc de Yellowstone, il commence à faire nuit et malgré nos lampes torches et les revues techniques, nous n'avons pas de diagnostic évident 👨‍🔧 On décide donc de passer la nuit sur ce petit parking bien que ce soit interdit. On espère pour une fois se faire réveiller en pleine nuit par un ranger pour être sorti de ce pétrin 😉 Nous ne pourrons pas dire que nous n'avons pas pensé à Guillaume, Lilia et leurs déboires mécaniques mais n'étant pas de nature superstitieuse cela nous a fait sourire (enfin, à posteriori). Chacun son tour non ?


On passera malheureusement une nuit tranquille 🙃 Le lendemain matin Matthieu se rend donc dans la ville la plus proche à 10 kilomètres de là. Pour y aller, il tente l'auto-stop. Mais au bout d'une demi heure toujours chou blanc, il faut dire que sa technique est très gentille, trop gentille. Lucie prend donc les choses en main, se met au bord de la route en faisant des grands signes. La première voiture la contourne négligemment mais la deuxième s'arrête et acceptera de déposer Matthieu à West Yellowstone. Là bas, personne ne peut remorquer notre camping car ou le réparer 😭 À défaut d'autre chose nous appelons le garage situé dans le parc de Yellowstone pour les touristes tombés en rade comme nous. Ils acceptent de se déplacer donc Matthieu rentre au camping car en stop, bien serré entre quatre barbus qui le questionne sur sa vision de Trump et de la politique américaine 😅


Avec leurs petites remorqueuses, les garagistes du parc semblent un peu légers. On nous parle de déconnecter l'arbre de transmission pour trainer notre camping car. On est pas chaud chaud 😨 Le garagiste va donc passer des appels pour nous trouver une dépanneuse de taille convenable pour remorquer notre bolide ET un garage qui accepte de réparer ledit camping car. Double challenge, d'autant qu'un moteur diesel européen ça fait peur aux américains (la plupart des véhicules fonctionnent à l'essence).

Premier devis pour rejoindre la ville de Bozeman, à 1h30 de là : 3000€ 🤯 On tombe des nues. Ce genre de tarif est délirant on ne compte pas du tout mettre tant d'argent dans un remorquage ! Notre standardiste du jour le voit bien à notre réaction et parlemente à nouveau au téléphone et finit par nous avoir un remorquage au tarif décent de 1300€ qui nous mènera à un garage de Idaho Falls. Coût des salamalecs téléphoniques : 300€ 💸


Le remorquage se passe super bien. Un gentil monsieur débarque à 19h et nous transporte pendant un peu plus de 2h, faisant une pause à son garage pour montrer ses différents camions à Albin. Nous dormirons sur le parking du garage vers 22h. Le lendemain matin Matthieu, armé de son plus beau sourire va charmer les mécanos après que Lucie l'ai sorti du lit 🐱 Le patron et l'un de ses employés viennent immédiatement diagnostiquer le soucis de notre bolide et trouvent le problème rapidement : la courroie de distribution est détendue.

Pour toute la famille c'est un soulagement. Les dépanneurs de Yellowstone n'étaient pas très optimistes, nous imaginions déjà des soucis terribles avec un moteur bon pour la casse, des frais énormes pour en importer un nouveau, oui mais sous quels délais, comment, et qu'est-ce qu'on fait en attendant, on devrait pas carrément acheter un nouveau véhicule ici, ... 😧 Trop de questions à cause du stress mais là nous sommes libérés d'un poid : Matthieu avait prévu le coup et a un kit de distribution dans ses affaires. Pour une fois, Lucie ne ralera pas sur les soutes pleines 😀

A partir de là on sait qu'on va pouvoir repartir. Le mécano qui s'appelle Jeremy négocie de son propre chef avec le patron pour procéder aux réparations immédiatement et c'est accepté à notre plus grande joie 🤩 Lucie et les enfants iront attendre dans le bureau à la demande express de Jeremy (pas d'enfants dans les pates) et passeront leur temps entre les apprentissages scolaires, du roller, la lecture et les dessins animés tandis que Matthieu assistera à l'opération et en profitera pour apprendre quelques trucs au passage 🔧




Nous passerons rapidement sur les petits ascenseurs émotionnels de la journée : ha en fait c'est pas le bon kit de distribution 🤡, ha en fait si c'est juste le galet tendeur qui n'est pas bon 🙂, oups la distribution a sauté une dent il y a peut-être d'autres dégâts 😨, non ça va le moteur tourne rond 🙂, en fait la pompe à eau est morte, ouf, Matthieu en a une dans ses soutes, oulala le support du capteur PMH est cassé faut démonter la boîte de vitesse ça va prendre du temps et coûter cher 😭, non mais t'inquiètes je te fais une petite soudure et ça repart 😀

Le soir même, délestés de la modique somme de 950€ nous pouvons reprendre la suite de notre voyage après cette pause inopinée. Tous mentalement épuisés, nous passerons la soirée à regarder Pirates des Caraibes en prenant l'apéro.



Ouf, dans notre tête on était pas passé loin de la catastrophe 🤣

En épilogue de cette aventure, nous nous découvrirons a posteriori des gestions du stress différentes. D'habitude Matthieu se concentre et gère pendant que Lucie imagine le pire et anticipe des solutions éventuelles à une situation potentiellement catastrophique. Et bien cette fois ce fut tout l'inverse ! Matthieu est entré dans une bulle de stress qui accaparait toutes ses pensées. Lucie quand à elle stressait légèrement avant la panne, quand il n'y avait que les symptômes. Une fois le problème déclaré elle a beaucoup relativisé en prenant les étapes unes par unes. Comme quoi on se découvre toujours complémentaires...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

🇨🇵 Premier départ : Matthieu

🇨🇵 Résumé des épisodes précédents

🇨🇦 Bilan et budget du Canada