🇲🇽 Bienvenidos a México

En ce 5 novembre nous nous préparons à quitter les États-Unis pour rejoindre le Mexique par le poste frontière de Tecate. Nous avons volontairement dévié de notre route directe pour passer par ce poste frontière réputé facile par d'autres familles de voyageurs plutôt que par l'immense poste frontière de Tijuana.

Le passage de frontière dans le sens États-Unis-Mexique est facile d'après les rumeurs (l'inverse n'est pas vrai) aussi nous abordons la frontière sereinement. Notre seule légère inquiétude concerne notre niveau d'espagnol. Matthieu a de vagues notions qu'il n'a jamais mises en pratique et le reste de l'équipage a commencé ses cours sur Duolingo il y a deux semaines 😑 Bon c'est pas grave on est plutôt forts pour mimer des trucs 😁

Les modalités d'entrée physiques sont tellement simples qu'on s'est retrouvé en territoire mexicain un peu par hasard 🙂 D'un coup sur la route surgit une espèce de borne de péage avec des barrières. On prend la file nada que declarar, ca passe au vert donc on redémarre 🚙 Bon une dame en tenue kaki nous fait signe juste après de nous mettre sur le côté. La douanière passe rapidement à l'intérieur du camping car, fait semblant de fouiller un placard et demande à voir nos papiers et ceux du véhicule. Tout semble en ordre et nous sommes autorisés à repartir. Et bah ! Heureusement que sur l'avis de Lucie (qui venait d'acheter du beurre) on n'a pas jeté tout le contenu de notre frigo alors que c'était pourtant obligatoire 😜

Donc là ça y est on est libres dans le Mexique sans pour autant y être en règle. Il faut d'abord passer faire nos cartes touristiques et l'importation temporaire de notre bolide. On demande à la douanière ou se trouve les bureaux de l'immigration en baragouinant quelques mots d'espagnol et elle nous fait un signe vite fait que c'est vers la droite. Vu notre niveau en espagnol on ne peut pas vraiment approfondir ce "vers la droite". Donc on regarde Migración sur Maps et on va à 15 minutes de là. En arrivant devant une école on s'aperçoit qu'on s'est trompé et on retourne au poste frontière 😓

Les bureaux de l'immigration sont en fait accessibles aux piétons par le territoire mexicain mais se situent dans le poste frontière, à peu près au niveau des barrières de "péage". C'est Matthieu qui part faire nos papiers pendant que Lucie et les enfants cuisent dans le camping car. Car oui le soleil mexicain tappe déjà plus fort qu'aux USA 🌞 Et nous sommes dans un nouveau pays, avec tout ce qu'on a entendu sur l'insécurité autour des postes frontières ils n'osent pas ouvrir leurs fenêtres en grand 🥵

À la Migración un douanier sympa et qui parle anglais invite Matthieu à remplir les quatre cartes touristiques. Il faut ensuite aller payer les frais afférents au Banjercito (banque publique) qui se situe dans une petite guérite à l'extérieur (environ 40€ par personne). Retour ensuite avec le douanier qui tamponne les cartes touristiques pour les rendre officielles et ça y est nous les humains sommes enfin en règle au Mexique. Pour notre casa rodante c'est au Banjercito que tout se passe. Il faut amener ses photocopies de carte grise, de passeport et normalement de la carte touristique tout juste obtenue mais la fille a été sympa et a fait la copie de cette dernière elle même. Coût de l'importation temporaire de 10 ans pour le camping car : environ 50€.

L'entrée du chemin piéton pour aller à la Migración et au Banjercito. Derrière le grillage, les douaniers mexicains qui nous ont arrêté et encore derrière les barrières de péage.

L'ensemble de la procédure est assez simple et nous aura pris un peu moins d'une heure. Espérons que ce soit la même chose aux futures frontières 😉 C'est pendant les formalités que Matthieu a fait connaissance avec Florent et Delphine. Ils voyagent avec leurs deux enfants de 18 et 15 ans dans un camping car US qu'ils ont acheté suite à la casse moteur de leur propre camping car français 😬 C'est vraiment la poisse, le cauchemar de tous les voyageurs 😱 Nous les quittons assez rapidement, en s'échangeant juste nos noms sur les réseaux sociaux, certains de se recroiser.

Au niveau géographique nous nous situons au nord-ouest du Mexique. Notre plan est de descendre la Baja California, deuxième plus grande péninsule du monde et réputée pour sa douceur de vivre. Lorsqu'on descend une péninsule comme dans notre cas, le nombre de routes est limité 😀

Autre chose amusante d'ailleurs, les familles voyageuses font référence aux autres familles avec leurs noms sur les réseaux. Nous sommes donc les Breizh Trotteurs quand d'autres sont la Glas Fanily ou les Destinaterre. Delphine et Florent sont les Chez nous c'est partout 🙂

Juste après le passage de frontière nous nous arrêtons dans un supermarché. Ce n'est pas un Walmart mais un Caliexpress. Ce n'est pas grave, tout marche exactement pareil et on y trouve tout ce qui nous faut mais moins cher. Ouf, on ne mourra pas de faim ni de soif 😁 Car quelques kilomètres plus loin commence directement la route des vins. Évidemment on passe faire quelques emplettes chez un producteur, on ne sait jamais. Pas de visite cependant, c'est interdit pour les enfants de moins de 12 ans.

Nous rejoignons ensuite la ville d'Ensenada où aurait été inventé le cocktail margarita. Le contraste avec les États-Unis est rude. Fini les routes bien larges, avec une signalisation correcte. Bonjour les nids de poules et l'absence de panneau 😬 De la même manière les bas-côtés et parking de petites échoppes le long de la route ne sont plus en asphalte mais en gravier. Les bâtiments sont vraiment ceux d'un pays en développement, pas toujours en bon état. La différence avec l'autre côté du mur est franche !

Le mur de séparation États-Unis / Mexique

A Ensenada les RV parks que nous avions sélectionné ne nous semblent pas fous et n'acceptent en plus que des longs séjours. Nous quittons donc la ville pour en trouver un autre un peu plus loin. Quelle surprise de retrouver immédiatement Florent et Delphine ! Nous en profiterons pour passer une soirée sympa avec eux dans leur camping car, beaucoup plus spacieux que le nôtre mais avec une consommation d'environ 25 litres aux 100 kilomètres 🤪 Ils nous raconteront en détail leur mésaventure qui s'est déroulé dans le Dakota du Sud pendant environ trois semaines et comment ils ont fait face. Quelle force de caractère pour rebondir et repartir avec le sourire 😀

Nous restons une nuit de plus dans notre RV park à profiter de la plage et à recharger nos batteries. Les enfants en profitent royalement. Le chateau de sable du jour sera encore debout le lendemain matin 😀



Par contre on pensait pouvoir faire le plein d'eau de notre camping car dans le RV park mais c'est raté : le robinet ne sort que de l'eau salée 🤮 Mais de toute facon l'eau du robinet ne semble pas potable au Mexique 😐 Pour nous se pose alors un choix de taille au niveau du remplissage de notre réservoir : va pour l'eau qu'on trouvera n'importe où et tant pis on rincera les fruits avec de l'eau en bouteille, voir du vinaigre blanc ou alors on reste totalement sur de l'eau potable, tanpis pour le côté pratique pour refaire le plein ? À voir comment nous utilisons l'eau du camping car, à cuire les pâtes, à se brosser les dents, faire la vaisselle, ... nous choisirons de rester sur de l'eau potable mais après avoir hésité. En Baja California, le plus simple est d'aller dans les plantada de agua purificada, des magasins spécialisés qui vendent de l'eau purifiée, soit en bidons consignés de 20 litres (style fontaine à eau) pour la majorité des mexicains, soit via un tuyau pour nous. Environ 5€ les 100 litres, ca reste raisonnable.

Pour les eaux usées, nous avons pu dumper au RV park dans un trou fermé tant bien que mal par deux volets. Bon clairement là encore il y a quelques lacunes au niveau du retraitement des eaux usées. Donc à partir de ce moment là, foutus pour foutus on prend la décision de vider nos eaux sales un peu partout dès qu'on en a l'occasion ; souvent en bord de route. Oui je vois déjà vos airs outrés 😱😲 nous non plus ca ne nous fait pas super plaisir 😬 Mais on ne va pas faire semblant d'aller dans un endroit officiel alors qu'on sait très bien que tout finira au même endroit, juste pour se donner bonne conscience ! On reparlera de ce sujet environnement dans le prochain article d'ailleurs.

Après ces explications techiques, reprenons notre route. Direction La Bufadora, une curiosité qu'on pourrait qualifier de geyser marin. Les vagues du Pacifique s'engouffre dans une grotte sous marine et compresse l'air situé à l'intérieur qui sort par un évent en emmenant des litres d'eau avec lui ! Impressionnant 🙂



Sur le retour nous en profitons pour acheter quelques sucreries du coin, style des noix de macadamia et un petit gâteau à la coco. On s'en sort pour 20€ 😲 ! Ha oui c'est vrai on est dans un pays où les prix se font à la tête du client. Clairement il va falloir muscler notre jeu au niveau négociation 😉 Mais du coup le tarif que nous avons payé au camping la veille était-il justifié ? Aurait-il fallu exiger un rabais ? Ont-ils plusieurs plaquettes de prix ? Autant de questions dont nous n'aurons jamais la réponse 🤔

Nous nous rendons ensuite au Parque Nacional Sierra de San Pedro Mártir, un parc national situé au nord de la Baja California, dans l'espoir d'apercevoir des condors de Californie qui ont été réintroduits à cet endroit. La montée est rude pour notre bolide : nous passons du niveau de la mer à environ 2500 mètres d'altitude en près de 80 kilomètres. Autant dire qu'on a quasiment fait que de la seconde et de la première 😉 Mais c'est surtout la descente du lendemain que nous craignons 😬

Après de longues heures de route très pénibles, nous arrivons enfin. Clairement le Mexique a son propre style de parc national. Comparé aux États-Unis ou au Canada c'est beaucoup plus minimaliste, tant au niveau des infrastructures qu'au niveau des explications ou informations, style sentiers de randonnée faisables. On en trouve quand même un d'environ 8 kilomètres à faire jusqu'à deux points de vue. La montée se passe très bien même si ça monte raide. À l'arrivée, à environ 2800 mètres d'altitude, nous sommes récompensés par sublime belvédère sur une partie de la Sierra avec la mer de Cortez en arrière plan 🤩




En revanche nous n'avons vu aucun condor. Aucun animal même d'ailleurs. Pourtant nous étions aux aguets car il était possible d'apercevoir également des puma et des lynx. C'est une légère déception pour nous quatre 😔

Lise a toujours son pied cassé et nous ne savions pas trop qu'elle distance elle pouvait marcher. Nous avons donc choisi une distance peut-être un peu élevée, mais comme elle court et saute quand elle joue avec des copains on s'était dit que ça irait. Et de toutes façons il n'y avait pas moins dans le parc 😬 La montée se fera quasi sans soucis (avec un Doliprane) mais elle sera assez douloureuse à la descente. Message reçu, plus de randonnée jusqu'à ce que son pied soit bien guéri 😕

Nous passons la nuit dans le parc, dans les aires de camping délimitée mises à disposition. Ce fut je pense la nuit la plus froide que nous n'avons jamais passé dans le camping car. À une heure du matin, Lise nous a réveillé, transie de froid, en pleurant tellement ses jambes lui faisaient mal 🧊 Nous avons bien sûr immédiatement allumé le chauffage et récupéré notre poulette dans notre lit pour la réchauffer 😛 À l'aide de câlins et de massages de jambes, elle se sentira mieux et voudra retourner dans son lit car on lui donne trop chaud 🤣

Le lendemain matin nous abordons la descente un peu stressés. Allons-nous pouvoir empêcher notre camping car de s'emballer et de descendre toute la montagne sans faire chauffer nos freins ? Bon bah si on écrit c'est évidemment que ce fut un succès 😎 Le moteur a eu beau hurler jusqu'à près de 4500 tours, nous ne nous sommes pas laissé faire et sommes arrivés sain et sauf à destination.

Pour nous remettre de nos émotions nous nous offrons un restaurant de fruits de mer pour le midi. Des fruits de mer, on est joueurs 😜 Enfin, "restaurant" comprenez plutôt "gargotte". Dans le genre où les toilettes sont des cabanes en bois pas propres au fond du jardin. Albin n'en revient pas ! "Ils doivent être en travaux non ?" Et ben non mon petit, voici la vraie vie, tout le monde n'a pas l'eau courante et les égouts. Et c'était comme ça chez nos mémés il y a quelques années 😉 Bref, dans nos plats, tacos de poissons, cocktail de crevettes et palourdes fumées. Tout était très bon, bien parfumé et pas forcément piquant. Clairement au niveau gastronomique on devrait se plaire dans ce pays 🙂



Pas d'effets secondaires après le restaurant 💩 Parfait, nous pouvons continuer jusqu'au début du prochain article 😁

Commentaires

  1. Bienvenue au Mexique les amis, on espère que vous effacerez vite les souvenirs désagréables de la Californie et que vous profiterez pleinement de ce magnifique pays!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

🇨🇵 Premier départ : Matthieu

🇨🇵 Résumé des épisodes précédents

🇨🇦 Bilan et budget du Canada