🇲🇽 Chill en Baja California

Au réveil de ce 10 novembre nous ouvrons les volets sur un soleil 🌞 qui innonde de lumière le désert de cactus dans lequel nous nous trouvons. Nous sommes arrivés de nuit et c'est la première fois que nous pouvons admirer de près les fameux cactus cardón, l'archétype même des cactus. Voyez même l'emoji cactus est un cardón 🌵Matthieu voyait ça beaucoup plus petit, de l'ordre de 2 mètres environ alors que la plupart de ces cactus font au moins 3,5 mètres au minimum 😲 Et il n'y a pas autant de piquants qu'on pourrait le croire 😀


Le titre de cet article est "Chill en Baja California". Donc Baja California c'est là où nous nous trouvons, une longue péninsule à l'ouest du Mexique et pour les anciens 👴 "chill" signifie se reposer, prendre du bon temps et c'est bien ce que nous comptons faire. Car après notre rythme intense au Canada et aux États-Unis nous aspirons à une petite pause au bord de l'océan à siroter des cocktails pendant que des vahinés nous massent les pieds... Aehm, brghm, je m'égare 😬 Nous faisons route jusqu'à Guerrero Negro situé à la frontière entre l'état de Baja California au nord de la péninsule et l'état de Baja California Sur au sud. Nous nous posons au bord de l'eau et chillons (car oui on peut le conjuguer 😂).  Le lendemain nous nous rendons à pied aux Dunas de la Solidad, de magnifiques dunes de sable, toutes proches. Une fois de plus ce sont les enfants qui en profitent le plus 😁 Dès qu'il y a du sable et de l'eau ils sont fous 🤪




Petit point environnement. Dans l'article précédent nous parlions de la gestion de l'eau, tant potable qu'usée. Ici parlons un peu des déchets. En voulant aller visiter les salines de Guerrero Negro (sortie qui fut un échec car c'est géré par des entreprises et donc bien clôturé, mais bon, passons 😬) nous sommes tombés sur un genre de décharge à ciel ouvert, juste au bord de l'eau 😥 Trop petite et trop mal entretenue pour que ce soit quelque-chose d'officiel mais suffisamment grande pour que les habitants viennent régulièrement y poser leurs déchets. Je dis bien poser car tous les détritus s'envolent et se déposent aux alentours avec le vent ☹️ Mais du coup on s'interroge : est-ce un cas isolé ? Comment sont gérés les déchets au Mexique ? Car ça sera une constante : il y a des déchets partout : sur les bords de route, les parkings, les plages, ... Nous bien sûr nous continuons de mettre nos déchets dans les poubelles, mais où finissent-ils ?

Le soir, nous sommes rejoins sur le même spot au bord de l'eau que la veille par Florent et Delphine avec qui nous passons une nouvelle soirée super sympathique 🍻

Nous continuons ensuite notre route jusqu'à rejoindre San Ignacio où se trouve une mission, l'un de ces établissements religieux créés par les espagnols aux alentours du XVIIe siècle pour convertir les populations autochtones au catholicisme.  Il y en a plusieurs dans tout le Mexique et on ne sait pas encore la forme qu'ils auront mais en Basse Californie ça reste des bâtiments de taille modeste, souvent juste une église ⛪ C'est un peu la première fois que nous aurons cette impression de joli village mexicain avec une ambiance intergenerationnelle autour de la place avec ses petites échoppes. Le pique-nique y sera très agréable à l'ombre des arbres (et oui, il fait chaud 🌞).


Un peu plus loin à Santa Rosalia c'est une autre Ã©glise conçue par Gustave Eiffel que nous allons visiter. Assez intéressante vue de l'intérieur car sa structure est faite avec des poutres d'acier comme la célèbre tour. L'église a été présentée à l'exposition universelle de Paris en 1889 avant d'être démontée pour être installée à Santa Rosalia à la demande du directeur de la mine de la ville 🤯 Nous irons d'ailleurs visiter le musée de la mine El Boleo mais il n'a pas grand intérêt.

Nous avons jusqu'à présent longé la côte Pacifique de la péninsule ce qui a relativement freiné nos ardeurs de baignade car l'eau est froide 🥶 et la houle souvent forte 🌊 Notre arrivée à Santa Rosalia nous fait arriver sur le golfe de Californie, également appelée mer de Cortez, beaucoup plus chaude et également plus calme 🏖 Ã‰videmment nous mourrons d'envie d'aller voir ce qui se cache dedans 😁 Après avoir hésité sur l'endroit où chiller (infinitif 🤯) une nouvelle fois, nous nous posons sur la plage de Mulege plutôt qu'à la Bahia Concepción et ses plages-camping qu'on nous avait pourtant recommandé. En effet, ici nous avons l'impression être face à une nature calme. Il y a peu d'autres personnes sur la plage, deux petits restos à 200 m, et, cerise sur le gâteau, c'est une plage de galets ! Et qui dit galets dit moins de sable dans le camping-car 😂 Nous sautons dans l'eau, bien tiède pour une fois 😚 et allons voir les poissons avec nos masques. Car ça grouille de vie là dessous c'est fou 🤩 On repérera 3 ou 4 espèces de poissons différentes, soit seuls soit en bancs. On comprend pourquoi le commandant Cousteau a surnommé cette mer l'aquarium du monde 😍

Le soir nous allons au restaurant de la plage déguster des tacos de poissons et de crevettes 😋 et une margharita bien, bien dosée 🍸 Le jour suivant nous continuons de chiller, école sur la plage le matin, jeux divers et excursions aquatiques le reste de la journée. Ouf on en avait bien besoin ! Les enfants ont pu une nouvelle fois se dépenser pendant que les parents prenaient leur temps et préparaient la suite de l'itinéraire. Car depuis l'entrée en Baja California c'est un peu au jour le jour 😂


Là nous avons pu mettre à plat notre itinéraire approximatif jusqu'au Guatemala où nous attendent les parents de Lucie à Noël 🎅 Impossible de visiter correctement un pays aussi grand que le Mexique en un mois et demi bien sûr 😔 surtout si comme nous on ne veut pas continuer à enchaîner les kilomètres. Nous le ferons donc en deux fois (une partie avant le Guatemala, l'autre après). Mais pour ne pas y rester six mois non plus, nous ferons l'impasse sur toute la moitié nord. Dommage 😭

Bon bah du coup vu qu'il nous reste un mois et demi pour faire plus de 4000 kilomètres, pressons nous un petit peu pour qu'on puisse prendre notre temps sur la route 🤪 Oui c'est paradoxal.

Un peu plus loin pendant que nous cherchons à nous garer à Loreto, nous sommes hélés par un "Hé, salut les français !" jovial. Nous nous garons et allons voir cette bande de compatriotes attablés au restaurant 🇨🇵 Ce sont trois familles françaises toutes avec des enfants de l'âge de Lise et Albin qui terminent leur repas. Nous faisons les présentations et découvrons les membres respectifs des familles Gabicha, Coco and Bear et French Overlander 👨‍👩‍👧‍👦 Il nous reconnaissent en nous disant "Ha, c'est vous le pied cassé ?" Trop drôle comme le monde du voyage est petit 😁 Tout le monde a l'air super sympa et nous sommes évidemment invités à l'apéro le soir même 😁 Malheureusement nous apprenons du même coup que la Baja 1000, une grande course automobile tout terrain passe par la ville le lendemain. Vu que ce n'est pas vraiment notre délire et que nous avons peur d'être bloqué dans la circulation nous déclinons poliment. Non sans avoir pris les Insta de tout le monde afin d'honorer tout de même cette invitation à un autre moment 😁 A Loreto nous nous contentons de visiter la mission qui ne nous a pas ébloui plus que ça et nous quittons la ville rapidement. Non sans avoir fait quelques courses à un prix exorbitant car cette ville est assez touristique 💸


Nous continuons notre route jusqu'à La Paz, l'une des grandes villes de Basse Californie. Nous nous posons sur un parking de la marina, face à la mer 🌅 Franchement, le spot fait rêver ! Albin s'amuse sur le quai, nous avons du wifi, le coucher de soleil est beau, ... Par contre la nuit ne sera pas calme du tout. Plusieurs mexicains "mélomanes" sont venus toute la nuit nous faire profiter de leurs musique préférée avec le son à fond dans leurs voitures, souvent bien accompagnés 👩‍❤️‍💋‍👨 D'ailleurs, en dehors de l'heure dans ce cas ci, ces écoutes de musique à des volumes beaucoup trop forts sont communes et ne gênent personne, que ce soit dans la rue par les autoradios ou même dans les magasins 🎶 Et dire qu'il y a des gens qui doivent subir ça toute la journée 😬


Enfin bon, après cette première nuit peu reposante et sous un soleil harassant (vous allez nous dire de ne pas nous plaindre 🙉) nous entamons notre première visite de la journée au Museo de la ballena. Le musée fait la part belle aux baleines qui viennent passer l'hiver bien au chaud près des côtes et qui sont d'ailleurs le coeur des activités touristiques de la région 🐳 On découvre également le reste de la vie marine de la Baja California comme la Vaquita Marina, une espèce de marsouins en danger critique d'extinction 😬 et les efforts faits pour essayer de la sauver (il en reste 13 en vie 🥺) Pas simple !




On nous propose une visite guidée que nous refusons poliment car l'espagnol reste difficile pour nous. Mais surprise ! Une jeune fille parlant un poquito the français nous fait une introduction du musée très intéressante ! Nous lui demandons donc de poursuivre la visite, c'est super pour intéresser les enfants. Lise est toujours en soif d'apprendre. Pour Albin, les longues explications sont encore difficiles à suivre mais il suit quand même de loin. En tout cas le musée était top 👍

À La Paz nous sommes également allés aux bureaux de la TMC (l'une des deux compagnies à faire la liaison avec le continent) afin de réserver notre traversée en ferry vers le Mexique continental pour dans moins d'une semaine. C'est un petit peu difficile de trouver un jour convenable car les enfants mineurs sont interdits les mardi et les jeudi (transport de matières dangereuses) et le mercredi la liste d'attente était déjà pleine. Bon bah va pour le lundi alors 😉 Vu qu'à la base on voulait plutôt le mardi ça resserre d'autant nos visites sur la péninsule 😬 On donne notre nom et notre numéro de téléphone et voilà c'est réglé. Pas de papier de confirmation ni de paiement, assez relax comme système 😛 Ha si, un petit coup de fil à passer le lendemain pour vérifier que nos enfants seront bien acceptés le jour J 😅

Nous allons ensuite réserver un autre bateau, plus petit celui-là pour aller visiter l'île d'Espiritu Santo, qui est une zone protégée, le lendemain. Nous sommes assez fiers car notre négociation en espagnol ainsi que nos targiversations ont porté leurs fruits au niveau tarif 😁, même si ce temps a paru interminable aux enfants. Ils seront récompensés avec une bonne glace 🍦

Le jour suivant nous embarquons donc sur un bateau avec une dizaine d'autres personnes et sur lequel se trouve le capitaine et un animateur ne parlant qu'espagnol. Vu notre niveau nous ne comprendrons que le sens général des explications 😂 Première surprise, sur le trajet nous croisons des dauphins 🐬 Youpi la journée commence fort 🙂 Nous commençons directement par encore plus fort : nager avec les lions de mer ðŸ˜² On s'approche en bateau à bonne distance de la colonie qui a élu domicile sur un rocher dans la réserve puis tout le monde se jette à l'eau avec palmes masques et tuba. Dans l'eau on les voit super bien, ils sont très agiles et foncent comme des projectiles. Et ils ne passent qu'à un mètre de nous ! C'est un moment magique dont on aurait aimé profiter plus longtemps ðŸ¤©






Après ces émotions c'est l'heure du repas et je peux vous dire qu'il y en a deux qui ont faim ! Au menu sur la plage un délicieux ceviche, du poisson cru cuit par du jus de citron bien parfumé à la coriandre. Un véritable délice pour les adultes 😋 Les enfants préférerons se faire des sandwiches au pain de mie-jambon-fromage 😂



Ensuite sur le retour nous aurons une visite commentée en espagnol sur les différentes particularités de l'île d'Espiritu Santo, les rochers aux formes bizarres, la période de culture perlière, les différents oiseaux marins et les plages sympas. Plages devant lesquelles sont d'ailleurs fréquemment amarré de beaux yachts 🛳️ Tout le monde n'est pas pauvre au Mexique, loin de là.



Pour dormir à La Paz, juste après la mauvaise nuit que nous avons passé à la marina nous avons sélectionné un autre spot plutôt pas mal avec plage et douches gratuites 🚿 le Graal des voyageurs, toujours en manque d'eau 🙂 Son seul problème est qu'il est dans une longue rue à sens unique et que si il faut y revenir c'est 10 minutes de route. On le sait parce qu'on l'a fait 😬 Et pas qu'une fois d'ailleurs 😑

Première fois on y arrive on savait pas mais les places en fin de rue sont trop petites pour se garer. C'est pas grave on fait le tour. Deuxième fois on est sur des places assez grandes mais elles sont un peu trop en pente. On a bien tenté de mettre nos roues sur le ralentisseur d'à côté pour équilibrer mais on débordait sur le passage clouté 🚸 Ok, va pour le tour numéro 2. Cette fois ci nickel, on est de niveau on peut dormir.

Jusqu'à 23h. Toc toc toc, "vous ne pouvez pas rester dormir là" nous disent les vigiles de la plage 👮 Bon bah on finit par se créer un spot sur le parking d'une aire de jeux pour enfants qu'on avait repéré sur le chemin 😁 On y passera deux très bonnes nuits et les enfants seront très heureux de profiter des jeux le matin !

Après la ville de La Paz nous faisons route vers le bout du bout de la péninsule : Cabo San Lucas afin de voir notamment El Arco, une célèbre arche qui marque la fin des terres émergées. On était clairement pas prêts car on arrive dans une ville hyper touristique où les rabatteurs essaient de nous faire venir dans leur parking et de nous refourguer des places de bateau pour aller voir El Arco. Ha oui parce que ce qu'on ne savait pas c'est que l'arche n'est pas visible sans bateau 😬 Un peu dégoûtés par l'ambiance qui règne dans la ville nous repartons sans même nous être garé 😥 Mais nous avons rendez-vous ce soir, et on a hâte !

Nous nous rendons en fin de journée à Todos Santos où Lucie a pris rendez-vous avec une association afin de libérer des tortues marines 🐢 Il y a pas mal de personnes, essentiellement mexicaines, quand nous arrivons. Une fois que tout le monde est passé à la caisse et a récupéré ses noix de coco ou tupperware pour ne pas toucher les tortues qui seraient désorientées. L'organisateur nous fait un petit speech sur le déroulement de ce moment devant un demi baril dans lequel sont rassemblées les tortues que nous allons relâcher et qui sont nées il y a tout juste une demi heure 😚 Parmis les informations intéressantes, il faut savoir que seules 1 à 2 tortues sur 1000 survivront jusqu'à l'âge adulte et que si elles arrivent jusque là, c'est sur cette même plage qu'elles viendront pondre 🤯


Nous sommes ensuite placés en rang d'oignons sur une ligne bien droite parallèle à l'océan et la distribution commence 🐢 Nous pouvons alors observer nos tortues et leur donner un petit nom. Matthieu choisira "Formula Uno" en raison de la vigueur de sa tortue, Albin choisira "Albin" en tout simplicité et Lise "Brest". Plus chauvine tu meurs 😄 Lucie quand à elle s'est retrouvé avec une tortue quasi morte avec un soucis à la pâte qu'elle baptisera "La Cansada" ("la fatiguée"). Une fois tous le monde avec sa tortue, nous les relâchons toutes simultanément. Et elles se mettent automatiquement à courir vers l'océan, attirées par le bruit des vagues et disparaissent chacune leur tour à la faveur d'une vague qui les emporte. Sauf celle de Lucie évidemment qu'il faudra aider ⚰️






Après ce moment fort nous nous rendons sur un coup de tête à Cabo Pulmo, un spot de snorkeling réputé. Notre planning commence à être serré pour être à l'heure au ferry ⌚ mais nous serions déçus de ne pas y aller. Nous arriverons vers 9h30 après 3h de routes se terminant par une bonne demi heure de chemin en terre défoncé qui se finit lui même par une longue descente ensablée 🥵 Descente qui se transforme en montée en retour évidemment, CQFD 😛

Au parking-camping de Cabo Pulmo nous retrouvons Florent et Delphine. Oui on commence à être inséparables 😁 Ils étaient déjà là la veille et ont repéré les lieux, ce qui nous fait gagner un temps précieux 👍 Nous nous rendons sur le spot de plongée rapidement vu que nous comptons partir vers midi, bien vite rejoints par les Où est Charlee, une autre famille française présente au camping. Le lieu de snorkeling est vraiment intéressant : sur environ 6 mètres de fond, plusieurs poissons colorés 🐟🐠🐡 nagent au milieu de corail noir. Nous reconnaissons des Napoléon assez caractéristiques et Matthieu et Lise pourront voir également une raie indiquée par Lucile, la fille ainée de Florent de Delphine. Moment magique, même si la mise à l'eau au milieu des rochers et des fortes vagues était un peu sport 🤩

Pour notre départ avant la montée de la mort ☠️, les trois hommes des familles francophones du camping viennent nous aider en bloquant la circulation dans le sens descente et surtout observer notre montée qui fait peur à tout le monde 😱 Et oui, ils repoussent leur départ depuis 2 jours car ils ont peur de cette difficile étape ! C'est un peu scabreux, le camping car saute vraiment dans tous les sens mais nous arrivons à monter sans rien casser et sans aucune perte d'adhérence 🥳 Nous aurons des échos de nos camarades le lendemain. Une famille est restée une demi heure avant la montée à se désensabler du morceau de plage sur lequel elle s'était garée et une autre a mis une heure et demi à faire l'ascension avec le risque de faire cabaner le camping car sur le côté 😱 Ça fait des bons souvenirs a posteriori 🤣

Ok il est 12h30, nous partons vers le port de Pichilenge afin de rejoindre le continent. La traversée en ferry fut épique 🚢 mais c'est une autre histoire 🙂

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

🇨🇵 Premier départ : Matthieu

🇨🇵 Résumé des épisodes précédents

🇨🇦 Bilan et budget du Canada