🇬🇹 Les aventures de Nanou et Didda au Guatemala (chapitre 1)

Ce 24 décembre en cette veille de Noël, ce n'est pas le Père Noël que nous attendons mais c'est tout comme 🎅 Nous sommes devant l'aéroport de Guatemala Ciudad et nous attendons les parents de Lucie, nommés par les enfants Nanou et Didda. Ils viennent d'enchaîner près de 36h de transit pour nous rejoindre, en passant par Paris et Madrid et nous avons très hâte de les revoir 😀 Pour cela les enfants ont mis leurs chapeaux de fête et nous attendons patiemment qu'ils sortent du seul terminal de l'aéroport.


Mais ils se font désirer 😞 Nous observons discrètement les étiquettes bagages des passagers qui sortent 🕵️ Au début uniquement des personnes venant de Bogota, mais ensuite ça y est des gens du vol de Madrid commencent également à sortir 🎉 Après une très très longue attente c'est finalement l'heure des héros du jours 🥳 Nous les accueillons chaleureusement, les embrassades sont chargées d'émotions 😍

En France aussi c'est le réveillon et lors de l'arrivée de Nanou et Didda nous appelons en visio la famille de Lucie réunie pour l'occasion. Ces brèves conversations à ce moment particulier nous feront chaud au cœur 💝



Mais bon pas le temps de niaiser, il est déjà 18h et nous passons le réveillon à Antigua à une heure de route de là 😅 Nous entassons les valises sur les lits des enfants tant bien que mal, y compris la valise spéciale "pièces de camping car" commandée par Matthieu. Il y en a pour qui c'est Noël avant l'heure 😁

À Antigua, dans le Airbnb de Nanou et Didda le réveillon de Noël est sobre car tout le monde est fatigué 😫 Mais la simplicité c'est suffisant quand on est réunis en famille. Au menu, guacamole, pain charcuterie et fromage avec en dessert un succulent gateau mexicain au dulce de leche.

Nanou n'est pas venue les mains vide, sur demande de Lucie elle a acheté les derniers Super Picsou Géant ! Autant vous dire que nous n'avons pas entendu les enfants de la soirée 😁




Lors de l'organisation du séjour de Nanou et Didda nous avons convenus ensemble qu'ils prendraient un Airbnb à chaque point de chute principal dans lequel nous resterions 2-3 jours. Nous quatre irions dormir sur le parking du Airbnb si il en a un ou sinon a proximité. À Antigua c'est dans un espace de camping gratuit géré par la police touristique. Le tout à même pas 5 minutes à pied de l'appartement 🤩

Après ces libations, retour le lendemain matin au Airbnb. Le Père Noël a été très généreux et les enfants ouvrent leurs cadeaux avec beaucoup d'enthousiasme 😃 Lise et Albin avaient quand même quelques doutes : le Père Noël penserait-il à eux alors qu'ils sont aussi loins ? La réponse est oui, deux fois oui, il va falloir caser tout ça dans le camping car maintenant 😭 Mais les voir aussi heureux fait plaisir 🥰


Après le petit déjeuner nous visitons tranquillement la vieille ville d'Antigua, qui est l'ancienne capitale du Guatemala avant qu'elle ne soit déplacée à Guatemala Ciudad suite à de trop nombreux tremblements de terre en 1773. La ville et ses batiments coloniaux sont assez charmants, tout comme ses rues pavées. En revanche ces dernières sont un enfer pour le camping car. Nous prendrons le temps de visiter l'église de la Merced et de refaire la garde robe de Didda au marché 👗





Le lendemain matin, debout à l'aube car pour bien mettre Nanou et Didda dans l'ambiance nous avons programmé un trek de deux jours pour gravir le volcan Acatenengo 🌋 (avec leur approbation rassurez-vous). L'organisateur, Elvin, nous ramasse à 7h puis nous emmène dans sa famille au pied du volcan prendre un petit déjeuner. Ensuite les choses sérieuses commencent. Au programme, une ascension de 1200 mètres pour rejoindre le camp de base 🤯 Pour les enfants aucun soucis : nous leur avons prévu un cheval pour leur faciliter la tâche. En revanche ce que nous n'avions pas prévu c'était qu'il en aurait fallu un pour Nanou également 😁 Depuis un bête accident au ski celle-ci a en effet quelques difficultés à gravir les côtes à cause de son genou. Du coup pendant toute l'ascension nous étions les derniers du groupe avec un guide là spécialement pour nous aider. Mais à la fin de la journée grâce à nos encouragements et à son mental d'acier Nanou est finalement arrivée au camp de base comme tout le monde 💪










De notre cabane nous avons une vue directe sur le Fuego, un volcan actif qui ponctue notre fin de journée d'explosions à intervalle réguliers. Mais le clou du spectacle à lieu pendant la nuit quand bien emmitouflé à l'abri de notre cabane nous pouvons voir distinctement la lave descendre les pentes du Fuego. C'est impressionnant d'être aussi proche d'un spectacle naturel si dangereux mais si beau 🤩

Un peu de détails sur notre cabane. Dans le camp de base il y plusieurs cabanes peu isolées prévues pour cinq personnes chacune. Nous ne voulons pas être séparés donc nous décidons d'y dormir tous les six. Et ben autant vous dire qu'on n'a pas senti le manque d'isolation, on s'est tenus chaud 😂




À 4h le lendemain matin, seuls Matthieu et Lucie iront finir de gravir l'Acatenango et rejoindre son sommet à 3976 mètres pour observer le lever du soleil. Mais ceux qui sont restés n'ont rien perdu, le sentier qui mène en haut de l'Acatenango fait perdre la vue sur le Fuego et ses éruptions jusqu'à l'arrivée au sommet. Bon bah on ne peut pas tout avoir 😉





Après nous être réunis au camp de base nous entamons la descente. Celle-ci se fera évidemment plus rapidement même si nous resterons les derniers du groupe 😉 De retour à Antigua en début d'après midi nous passerons le reste de la journée à gémir des douleurs de courbatures jusqu'au soir 🤕 Comme dit Nanou "on en a ch... !" Mais on l'a fait 👍 Le burger frites du soir est bien mérité.

Le lendemain matin avant notre départ vers d'autres cieux nous finissons de visiter Antigua et terminons ce séjour dans l'ancienne capitale par un repas acheté aux stands de rue. Au menu tacos, tortas et tamalitos avec en dessert des nispejo, les fruits d'un néflier local que nous surnomerons "petits melons" jusqu'à la fin du séjour 😃




En début d'après midi nous partons pour la ville de Panajachel au bord du lac Atitlán. Au menu normalement 2h30 de route, mais nous mettrons près du double car le trajet fut vraiment épique 😄 Au début tout allait bien, nous avions pris la panaméricaine, une route à 2x2 voies en très bon état. Mais la nécessité de refaire le plein d'eau du camping car nous a poussé à nous engager dans la petite ville de Patzicía 😱

Petit aparté sur le sujet : nous n'utilisons que de l'eau potable dans le camping car. Si le Mexique et le Guatemala ont l'eau courante, sa consommation est déconseillée. Il faut donc acheter des bidons d'eau potable appelés garrafones (de 5 gallons, soit 18,9 litres environ) que nous trouvions généralement au Mexique dans des purificadoras, des établissements qui purifient l'eau par osmose inverse et l'embouteillent. Ces établissements sont beaucoup plus rares au Guatemala et nous achetons l'eau potable dans des épiceries, environ 2,5€ le garrafon contre 1€ au Mexique 💸

Google Maps nous a gentiment indiqué qu'une purificadora existait au coeur de la ville de Patzicía. Mais ce qu'il ne nous a pas dit c'était que la ville n'était pas adaptée aux camping car. Bon on aurait dû s'en douter quand Lucie et Didda sont sortis plusieurs fois soulever des câbles et des bâches avec un balai pour que le bolide puisse passer 😁 Par contre impossible de soulever une arche en bois qui se trouvait inopportunément sur notre chemin et sous laquelle ne pouvait pas passer le camping car 😡

Bon bah c'est une rue à sens unique pas très large, il va falloir faire une marche arrière. Un peu périlleux mais ça passe jusqu'au carrefour. Là c'est une autre paire de manche, il faut sortir de la rue en marche arrière, en angle droit et en pente 😨 Et quand je dis en pente c'est bien penché ! La manœuvre ne peut pas se faire en une fois et après le premier engagement dans l'intersection puis la première marche avant pour braquer vient la deuxième marche arrière, où il faut attaquer la pente avec vigueur. Matthieu n'arrive pas à mettre suffisamment de gaz pour reculer et nous nous approchons petit à petit d'un pilier placé inopportunément à cette intersection 😱 Ni une ni deux Lucie et Michel vont pousser le camping car de l'avant pour l'aider à reculer mais malgré leurs bras musclés 💪 nous nous rapprochons toujours du pilier. À ce moment là il ne nous reste que 10 cm avant de toucher et Lucie s'est déjà fait un vilain bleu en essayant de retenir 3,5 tonnes en pente. C'est alors que 5 ou 6 guatémaltèques qui travaillaient dans un bâtiment voisin arrivent nous aider, placent une cale sous les roues et se mettent également à pousser. Avec tout ça Matthieu arrive à remettre le camping car dans l'axe et nous remercions chaleureusement les personnes qui sont venues nous aider 🙏 Nous quittons ensuite la ville sans avoir fait le plein d'eau mais soulagés que le bolide n'ai rien 😌

Ville suivante, la rue principale que nous fait prendre le GPS est à sens unique (et pas dans le bon sens bien sûr). Nous demandons à un local si nous pouvons nous engager dans la parallèle, mais oui bien-sûr ! Et nous voilà encore bons pour des sueurs froides, ça passe tout juste en largeur et finalement, pour rejoindre la route principale il nous faut descendre une rue qui fait penser à une piste noire 😲 On prend un petit coup de chaud mais ça passe 😅

30 minutes plus tard on s'aperçoit que le GPS nous a fait une petite blague ce coquin 😆 Pour gagner au moins deux bonnes minutes, celui-ci ne nous fait pas passer par la panaméricaine (2x2 voies en bon état) mais par la petite route de montagne pleine de virages qui montent et qui descendent 🥲 Bon admettons c'est plus sympa pour le paysage, on fera attention la prochaine fois, mais bon là après avoir perdu 2h à Patzicía et au bourg d'après on ne va pas faire marche arrière tant pis on continue 🙂

Jusqu'à ce qu'on arrive à un panneau "puente destruido". Tout juste le temps de faire la traduction "pont détruit" dans notre tête et de s'interroger et boum 💥 on arrive sur un pont détruit avec maintenant à la place un passage à gué 😯 Au début on est pas très chaud mais refaire marche arrière c'est encore perdre du temps ou alors il faudrait prendre des chemins de traverse mais on ne connait pas leur état non plus ouhlala mais qu'est-ce qu'on va faire ? 😱

Bah on va s'arrêter observer déjà. Quelques voitures passent et miracle elles arrivent de l'autre côté 😄 Mais la manœuvre est un peu délicate car le passage à gué n'est pas droit, si on ne suit pas la courbe prévue c'est direct 50 centimètres d'eau qui nous attendent 😅 Un local sympa que nous avons hélé passe en premier puis nous fait signe de la suivre et guide Matthieu sur le chemin à prendre. Ouf on l'a fait on est de l'autre côté ! Youpi 😁 La route reprend et nous arrivons sans autre problème à Panajachel.



Nanou et Didda récupère leur minuscule Airbnb seulement accessible en tuktuk 😂 et nous installons le bolide au bord du lac Atitlán. L'apéro est bien mérité ce soir là 🍺

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

🇨🇵 Premier départ : Matthieu

🇨🇵 Résumé des épisodes précédents

🇨🇦 Bilan et budget du Canada