🇬🇹 Les aventures de Nanou et Didda au Guatemala (chapitre 2)

L'attrait principal de Panajachel est d'être située sur les rives du lac Atitlán. Nous venons d'arriver dans cette ville en ce soir du 29 décembre.

Avant l'apéro que nous avons bien mérité (voir le premier chapitre pour plus de précisions) il nous faut d'abord réserver notre excursion pour le lendemain. Nous avons en effet prévu d'effectuer une croisière passant par différents villages de bord de lac pour découvrir au plus vite le charme du lac Atitlán 🚣‍♂️ Vu l'heure à laquelle nous arrivons (18h30), il fait déjà nuit et tous les capitaines de la lancha (petit bateau) sont rentrés chez eux 🌃 Tous ? Non, un irréductible guatémaltèque est encore là 🙂 Après quelques targiversations de circonstance nous nous mettons d'accord à la lueur des téléphones portables pour une croisière passant par 4 villages 🛥️ Prix de l'excursion en bateau privé : plus de 200€.

Le lendemain matin, de bonne heure et de bonne humeur nous embarquons sur le bateau du jour 😄 Chaque ville que nous allons visiter a une ambiance totalement différente alors qu'elles sont toutes relativement proches les unes des autres. À noter que les centre villes des différentes communes sont assez éloignées du trait de côte, la faute à ce facétieux lac Atitlán qui voit son niveau monter ou descendre à intervalle régulier ; par exemple depuis un séisme en 2007 le niveau de l'eau est monté d'environ 8 mètres 😲 Le lac en lui-même est très beau car étendu et totalement entouré de montagnes volcaniques 🤩 Autre particularité du lac : il est endoréique, c'est à dire qu'il ne se déverse nulle part 🙂



Premier arrêt à San Marcos, une ville plutôt bohème, assez touristique mais dans une ambiance zen : beaucoup de centres de yoga accueillent des visiteurs ici 🧘 Dans l'unique rue qui remonte du port nous trouvons une véritable boulangerie à la française avec des croissants, des pains au chocolat et du pain comme chez nous 🥳 C'est une première depuis le début de notre voyage. Pour l'occasion nous dévalisons le magasin et allons nous empifrer un peu plus loin dans un café à l'ambiance baba cool 😎


Deuxième arrêt dans l'enfer de San Lucas 👿 À peine débarqués dans la foule nous sommes pris en charge par une "guide" dont les émoluments sont pris en charge par on ne sait pas qui mais bon c'est logique vous allez comprendre pourquoi. Notre circuit de visite nous fait passer dans cinq coopératives de producteurs. À l'entrée de chaque coopérative nous sommes pris en charge par un employé de la coopérative qui nous fait faire un petit tour explicatif avant de passer à la liste exhaustive de tout ce qu'on peut acheter 😉 Bon bah nous on est pas trop chauds pour acheter dans ces attrapes-touristes grossiers donc après le premier arrêt chez les producteurs de miel on essaie de s'échapper pour faire la ville à notre rythme. Pas de pot notre "guide" originale nous rattrape pour nous emmener à la coopérative suivante, celle du chocolat. En fait nous nous sentons prisonniers et notre guide est plus un maton qui surveille notre promenade 😭 Cela ne nous empêche pas de passer un bon moments dans les coopératives de miel, de cacao (miam) et de tissus mais étant donné l'ambiance dans laquelle nous sommes et les oursins que nous avons dans notre porte monnaie 🦀 nous sommes tous d'accord pour rentrer au bateau et aller au village suivant. Ah les excès de l'industrie touristique ☹️ Mais voyons le bon côté des choses, cela fait vivre de nombreuses familles...



Ce village suivant s'est San Pedro. Oh bah ça alors il est midi il est l'heure de manger 😋  Après avoir esquivé les restaurants pour touristes nous nous arrêtons finalement manger des ceviches délicieux dans un stand de rue installé juste devant la maison de la tenancière. Un véritable régal 😄 Nanou essaye de récupérer la recette mais c'est le mari qui est aux fourneaux et nous n'obtiendrons pas plus de détails 😝

C'était tellement bon qu'il n'en reste presque plus quand Lucie a pensé à faire une photo

Pour la suite il se trouve que San Pedro est particulièrement en pente et que nous souhaitons aller au mirador situé en hauteur. Nous négocions donc avec un tuktuk pour monter à 6 passagers dans son véhicule et qu'il nous emmène aussi haut que possible. Nous voici partis, Nanou, Didda et les enfants à l'arrière, Lucie et Matthieu de chaque côté du chauffeur qui a lui-même son fils sur les genoux ! On ne penserai pas que ça passerai ou que le moteur du tuktuk tiendrai mais pourtant si, nous arrivons sans encombres 😌 En discutant avec le chauffeur nous apprenons qu'il est joueur de football professionnel ⚽ dans l'équipe de San Pedro et que là vu que le championnat est terminé il est chauffeur de tuktuk jusqu'à la reprise en janvier. Même si il est satisfait de jouer dans l'équipe de San Pedro il est blasé de la corruption qui règne dans les instances dirigeantes, tant du club que de la ligue 😬



Le mirador est un site assez sympa offrant différentes vues sur le lac Atitlán, tantôt en haut d'une main, tantôt à travers un cœur ou autre 📸 Nous prenons différentes poses pour nos Insta 😁 et nous repartons, toujours en tuktuk. Les freins fonctionnent bien et c'est heureux 😅







Nous rejoignons le dernier village de la journée : Santiago. Celui-ci semble moins visité que les autres et nous retrouvons l'ambiance de village guatémaltèque typique 🙂 Un petit café ou jus de fruit plus tard, nous nous baladons tranquillement dans le marché ainsi que dans l'église du village, probablement avec plus de plaisir qu'ailleurs.



Puis nous rentrons, le sourire jusqu'aux oreilles en pensant à cette journée 🙂 en particulier Lise et Albin. En circulant à fond les ballons sur l'eau, les deux loulous se sont inventé des histoires de capitaine de bateau et de pirates les cheveux au vent à la proue du bateau. Et quand notre chauffeur a changé de lancha en milieu de parcours pour une plus rapide, c'était parti pour encore plus de rires et de cris. Nous avons passé presque plus de temps à les regarder qu'à admirer le paysage 😊



A la nuit tombée nous nous baladons dans la ville de Panajachel, mais exactement comme nous l'avions prévu il s'agit d'un camp de base touristique blindée de bars et de restaurants sans grand intérêt 😕

Le lendemain nous partons rejoindre la ville de Chichicastenango, célèbre pour son grand marché. Une route presque sans encore encombre. Presque 😬 La route est à fort dénivelé. En effet nous traversons des montagnes et les routes sont particulièrement pentues. Là où en France, les virages en épingle sont bien aplatis et bien larges, au Guatemala, rien n'est fait pour en atténuer la pente. Donc on sert les fesses et on encourage le bolide. Jusqu'à un beau virage bien pentu et un passage en première trop tardif 🤦 Et nous voici à l'arrêt, Matthieu a beau faire rugir le moteur, le bolide ne monte plus. Il faut réfléchir vite mais bien. Lucie et Michel sortent du camping-car, Michel va faire la circulation plus haut pendant que Lucie aide Matthieu à faire marche arrière jusqu'à une zone plus plate. Des cailloux derrière les roues arrières et Matthieu réussi à faire décoller le bolide 🎉 Autant vous dire qu'il ne s'arrêtera qu'en haut de la côte sur du plat, Michel et Lucie en seront quittes pour une petite marche pour le rejoindre 😅

En arrivant nous avons eu un peu de mal à trouver le Airbnb, l'adresse dans Google Maps nous en emmenant pas du tout à l'endroit prévu. Fort heureusement les commentaires laissés dans le mail de réservation nous ont permis de nous y retrouver 📍 Normalement le logement devait nous permettre de garer le camping car mais vérifications faites, l'accès est un peu pas assez large et un peu pas assez haut, dommage 😬 Lucie et Matthieu partent explorer les environs à chercher un stationnement mais cela semble difficile, d'aucun disant qu'ici c'est "peligroso" (dangereux) ou d'autre nous refusant l'accès à leur stationnement. Nous arrivons finalement à nos fins avec le propriétaire d'un parking résidentiel avec lequel nous marchandons un prix raisonnable pour passer la nuit dans le bolide, juste en face du Airbnb 🤝

Autre surprise, le logement n'est pas équipé de machine à laver et la dame qui nous a reçu n'a pas connaissance du moindre service de blanchisserie qui pourrait exister dans la ville. Bon bah nous voilà partis à faire la grande lessive à la main et à l'eau froide 🧺 Les femmes au lavage et rinçage et les hommes à l'essorage et étendage pendant que les enfants se la coulent douce dans le jardin de la propriété 😎

Le jardin est formidable, un petit havre de paix. Un néflier (parfait pour nos petit singes gourmands), un avocatier, de l'herbe, une belle vue dégagée et un hamac 😃 Les temps libres sont appréciés par tout le monde dans ce contexte. Par contre le logement est rudimentaire, nous ferons une soirée crêpes afin de nous réchauffer en soirée et negocierons un changement de chambre pour Nanou et Didda qui étaient initialement installés côté route.




Le lendemain matin nous partons arpenter le fameux marché de Chichicastenango. Sur le chemin nous tombons sur un cimetière. Rien à voir avec ceux de chez nous, il est complètement coloré 😯

Un peu de tout se vend sur le marché de Chichi. Nous prenons plaisir à tout découvrir et à acheter fruits, légumes, vêtements brodés et nouvelles assiettes pour le camping car 😄 Par contre l'ambiance est surprenante. Nous passons des allées bien larges où se vendent les produits artisanaux aux allées très étroites où nous nous faisons bousculer. Pas facile de se déplacer à six dans ce contexte. Les adultes protègent les enfants tant bien que mal mais nous nous rendons compte qu'il vaut mieux se laisser porter que d'essayer de contrôler quelque chose. L'avantage que nous avons est notre taille, en effet nous faisons au moins une tête de plus que les autochtones (pourtant nous ne sommes pas grands) et c'est appréciable... Pour le midi c'est poulet frites (et riz) que nous mangeons dans un "restaurant" du marché 😉 Pour planter le décor c'est une table en bois avec des bancs, dans un hangar poussiéreux et la cuisinière a ses fourneaux sur des trépieds au bout de la table. Mais c'était très bon 🙂 Nous sortirons du marché avec un Albin épuisé de tant de monde, de bousculades et de bruits. Ce soir c'est réveillon donc nous lui imposons une sieste.



La civilisation maya s'est développée notamment sur le territoire de l'actuel Guatemala pendant des milliers d'années avant l'arrivée des colons. Leurs descendants vivent encore dans un grande partie du Guatemala. Ce qui nous frappe le plus ici c'est que toutes les femmes ou presque sont habillées en tenues typiques, c'est à dire des hauts à manches courtes, en tissus et brodés à la main accompagnés d'une jupe à motifs mayas. Dans tous le Guatemala où nous irons ensuite nous retrouverons ce schéma vestimentaire. En revanche chaque région voir chaque ville à son propre style que la encore toutes les femmes suivent. Des fois avec beaucoup de couleurs vives comme à Chichicastenango, d'autres fois avec des couleurs beaucoup plus ternes. Il peut également s'agir d'un espèce de tartan sur la jupe ou un autre motif. Ce qui est sûr c'est que l'uniformité est la règle dans les tenues féminines...

Nous sommes le 31 décembre, dans quelques heures nous passerons en 2024. Pour fêter ça Nanou et Didda nous invitent au restaurant 🥳 Un vrai de vrai cette fois ci 😉 Ça tombe bien il est proche du marché et nous allons réserver une table. Bon bah il faudra être à 18h car le restaurant ferme à 20h. Qu'importe, nous y passerons une excellente soirée en nous régalant. Au moment de payer l'addition oups ils ne prennent pas la carte et nous avons laissé nos derniers billets au marché 😬 Didda et Matthieu iront se glisser dans un supermarché juste avant qu'il ne ferme son rideau de fer pour tirer du liquide. Oui parce que au Guatemala les distributeurs de billets sont systématiquement dans des endroits où il y a un vigile, comme un supermarché par exemple 😬



Notre repas a beau avoir été excellent il ne s'est pas terminé par un dessert, les cuisiniers étant partis depuis longtemps quand nous avons voulu en prendre un. Qu'à cela ne tienne nous savons qu'une entreprise locale aux nombreux points de vente fait des glaces délicieuses 😁 Oui c'est Sarita et ça sera bien le diable si nous n'arrivons pas à mettre la main sur leurs succulentes crèmes glacées 😈 La tâche fut un peu plus dure que prévue mais nous terminerons notre excursion à Chichicastenango de la meilleure des manières ðŸ¨ pour rentrer finalement au Airbnb vers 22h.

Notre petit Albin se sera endormi sur le sol au restaurant et aura refusé de prendre une glace, que nous prépare-t-il ? Nous espérons que ce n'est qu'un coup de fatigue 😱

Au restaurant nous avons questionné le serveur sur la manière de fêter la Navidad (Noël) et l'Ano nuevo (nouvel an). Les deux se fêtent en famille et il n'y a rien de spécialement organisé dans les villes le soir même 😐 Pour l'Ano nuevo certaines villes organisent des fêtes publiques dans les jours qui suivent. En revanche ce qui est sûr c'est que pendant la nuit des jours de fête les guatémaltèques font exploser un grand nombre de pétards et de feux d'artifice 🎆 Le spectacle sera apprécié par Lucie et Lise réveillées par les explosions, les autres continueront de dormir...



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

🇨🇦 Bilan et budget du Canada

🇨🇵 Premier départ : Matthieu

🇨🇵 Résumé des épisodes précédents