🇳🇮 L'île d'Ometepe

Nos amis Régis et Marie (les Sales Gosses) nous ont chaudement recommandé l'île d'Ometepe, chère à leur cœur et sur laquelle ils ont d'excellents souvenirs datant de leur premier grand voyage il y a une douzaine d'année 😍 Nous arrivons donc tout sourire au port de Rivas pour prendre le ferry qui nous mènera à l'île. Lucie a eu beau essayer de prendre des contacts et de réserver avant, ce fut fastidieux et non concluant 😐 Tant pis, on a décidé d'y débarquer en milieu d'après-midi en espérant attraper un bateau pour éventuellement le soir mais préférablement le lendemain. On comprend assez rapidement que la réserveration avant aurait été nécessaire, on est le vendredi 17 mai en fin d'après-midi, veille de weekend, et tous les ferrys semblent pleins. N'ayant pas réussi à obtenir de place nous revenons le lendemain à 7h, dès l'ouverture. Il semble il y avoir plusieurs compagnies de ferry et toutes n'acceptent pas notre camping car ; nous aurions éventuellement une place ce soir à 17h mais sans certitude 🫤 Un homme bedonnant pense pouvoir nous proposer une place sur son ferry de 9h car il suppose que l'un des camions ayant réservé ne viendra pas. Nous patientons donc sagement sachant que si nous n'arrivons pas à partir aujourd'hui il est probable que nous repartions plus loin. Finalement la confirmation arrivera une demi-heure avant le départ. On ira fissa payer les taxes portuaires et c'est parti pour une petite marche arrière des familles pour passer dans l'étroite place qu'il nous reste sur le ferry qui ne peut embarquer que 3 véhicules simultanément. Au passage, il faut noter que les gars qui aident aux manœuvres sont impressionnants. On voit qu'ils gèrent au millimètre près. Nous ça nous fait peur pour notre maison sur roue 😨 Lucie reste à surveiller que les gars ne donnent pas de mauvaises instructions pendant que les enfants vont s'installer dans le ferry. Ouf, ça y est, on est embarqués !



Le trajet durera un peu plus d'une heure, le temps pour les enfants de terminer leurs devoirs 😁 On arrive ensuite à Moyogalpa, la "grande ville" de l'île avant de nous rendre à la Playa El Perù qui sera notre camp de base pendant notre séjour. Ometepe a la forme d'un huit, composée de la réunion de deux volcans, le Maderas qui est éteint et le Concepción, toujours actif. Ce dernier a d'ailleurs eu une activité le jeudi précédent, soit deux jours avant notre arrivée et est donc fermé aux randonnées pour 15 jours. L'île est située dans le lac Cocibolca aussi appelé lac Nicaragua.




La fin de journée se déroule tranquillement. Le lendemain, après avoir profité d'une baignade en eau douce avec vue sur volcan à El Perù, nous allons ensuite faire notre première excursion sur l'île en allant voir la Laguna Charco Verde. Cette petite lagune est l'occasion d'une balade de 3 heures pour en faire le tour et voir les environs 🥾 Nous commençons par une marche qui nous conduit de la lagune à une pointe de l'île. Nous alternons donc entre l'observation d'oiseaux et de singes puis d'une belle côte accidentée. L'île est connue pour un bel oiseau bleu que nous verrons partout, le geai à face blanche. Ayant apporté nos jumelles nous passons du temps à l'observer. Ensuite nous nous posons pour pique-niquer sur une petite plage déserte, encore une fois tout à fait adaptée à la baignade et aux jeux de sable. C'est du sable volcanique et rugueux qui compose la plage et Lucie aura le droit à un petit massage gommant initié par les enfants 😁







Le lendemain est une nouvelle fois consacré au jeux d'eau. Cette fois-ci ça se passe à Ojo de Agua, un genre de balneario où l'eau froide aurait des propriétés thermales. Ce qui occupera les enfants toute la journée c'est le promontoire situé au dessus du bassin principal et agrémenté d'une corde pour se balancer. Ils ne feront que ça de leur arrivée jusqu'à notre départ (soit de l'ouverture à la fermeture 😁), du Tarzan simple, au Tarzan tourbillon en passant par le Tarzan en arrière 😁 La particularité du lieu c'est que le prix de l'entrée de 10$ (cher pour le pays) permet de bénéficier d'un bon d'achat de 5$ aux restaurants et buvettes du site. Pour nous, ce budget nous permettra de nous offrir non pas une mais deux glaces dans la journée, au grand dam de Lucie 😋





Le lendemain nous suivons les traces de nos amis les Destinaterre. Ils sont passés sur cette île avant nous et ont loué des scooters pour en faire le tour. Nous avons trouvé l'idée géniale et nous avons donc fait de même avec un homme sympathique qui nous a fait livrer nos deux scooters à El Perù 😎 Et on part tranquillement, Lise derrière Lucie et Albin derrière Matthieu. Lucie a un mauvais souvenir de sa jeunesse à cause d'une chute avec sa copine Delphine alors qu'elle conduisait un scooter sur une piste du Burkina Faso à ses 16 ans, elle part donc avec un peu d'appréhension 😨 On commence notre route de l'île en sens antihoraire. On pensait trouver du goudron sur tout le tour de l'île vu qu'il s'agit de l'axe principal, mais c'était clairement une erreur. On tombe assez rapidement sur de la route en gravier 😭 Quand c'est plat ça passe tranquille mais en descente c'est une autre histoire. Les roues glissent assez facilement et ce sont finalement les filles qui tombent par terre. Une petite égratignure à déplorer pour Lise et un gros gros bleu sur la cuisse pour Lucie 🤕 Mais ouf plus de peur que de mal car elles roulaient heureusement à petite vitesse, pour ne pas dire à l'arrêt.





On continue bon gré mal gré, en serrant les fesses pour les filles. C'est régulièrement qu'elles s'arrêtent en haut des descentes pour que Lise les fasse à pied afin que les risques soient diminués. La fin de la matinée se passe sans encombre et nous finissons le tour de la première partie de l'île. On se baigne sur une plage magnifique et nous allons passer notre déjeuner au restaurant juste à côté qui prépare de délicieux poisson grillés, fraîchement pêchés dans le lac 😋 Les geais à face blanches nous regardent avec envie et ne sont pas farouches, c'est l'occasion de les observer de plus près. L'après-midi nous reprenons la route avec l'objectif de faire le tour du deuxième volcan mais arrivés à une autre section de piste bien pire que le matin (gravillons ET sable) qu'un passant nous annonce long d'une dizaine de kilomètres nous faisons demi-tour, les filles n'ont vraiment pas envie de ça. Tant pis pour le quart nord-ouest de l'île, on rebrousse chemin 😔





Nous poussons jusqu'à la piste d'atterrissage qui traverse inopinément la route d'un coup d'un seul pour faire nos petites photos souvenirs ✈️ Ne vous inquiétez pas, l'aéroport et sa piste ne semblent pas servir souvent 😁 On finit notre journée par aller jusqu'à la Punta Jesús María, une pointe de sable qui s'enfonce dans le lac, c'est étonnant, en se baignant nous avons le choix entre un côté agité, limpide, chaud et profond et l'autre calme, sale, peu profond mais plus froid, c'est drôle comme un petit obstacle peut créer deux baignades totalement différentes 🤩 Nous rentrons ensuite, nous avons une heure de route pour le retour et nous sommes déjà claqués de cette expérience. Mais avant tout il faut refaire le plein des scooters ⛽ Le propriétaire des scooters nous avait expliqué l'emplacement le plus simple pour trouver de l'essence mais sur place on ne trouve rien 🧐 On interrogé les locaux qui nous indiquent vaguement une direction. Ha oui, en effet, après un peu de recherche nous trouvons un monsieur installé devant sa maison qui remplit nos réservoirs avec ses bouteilles en plastique. C'est comique 🤣 Nous voilà ensuite de retour à El Perù où nous attendent les récupérateurs de nos bolides du jour. Ils ne peuvent pas rater les différentes rayures du scooter de Lucie qui se voient comme le nez au milieu de la figure. Ils nous demandent 90$ pour les frais de réparation que Matthieu réussi à ramener à 80$ après "négociation".





Nous passons une dernière journée détente à la plage et nous retournons prendre le ferry. On paie les taxes portuaires et on attend que ce soit notre tour de monter dans le ferry qui peut toujours n'accueillir que 3 véhicules. C'est un petit pickup qui est invité à monter en premier, sur l'un des côtés, puis c'est notre tour d'aller sur l'autre côté en marche arrière. Les dockers prévoyaient de mettre un immense camion transportant des poteaux de bois entre nous deux. Si ils nous avaient demandé on leur aurait dit bien avant que ça ne passait pas 😁 Peut-être qu'ils comptaient sur le rabattage de nos rétroviseurs mais ceux-ci sont fixes. Ils essayent d'appuyer dessus malgré nos protestations, mais doivent se rendre à l'évidence 😔 Donc tout le monde ressort. Le pickup est invité à manœuvrer pour se mettre au maximum en arrière, le gros camion de l'autre côté à notre place initiale et nous en marche avant dans le prolongement du pickup. L'installation est délicate car il faut se serrer au maximum au bord du bateau mais sans trop braquer non plus au risque de faire passer la roue arrière au dessus de la mer, la rampe d'accès n'étant pas assez large 😮 Comme à notre habitude Lucie guide la manœuvre en plus du docker en qui nous n'avons aucune confiance. Non parce que les jojos qui te disent hélé hélé pour que tu recules mais qui ne voient pas que tu arraches un rétro on les connais 😬 Bon cette fois-ci le jojo n'est pas de bonne humeur, il crie à Lucie de dégager. Et comme ça devient franchement technique, elle obéit. C'est donc Matthieu qui fera seul sa manœuvre le plus lentement possible en contrôlant tous les angles au grand dam du docker qui aurait aimé que le conducteur ne regarde que ses propres instructions. Ouf, nous sommes installés 🥳 Nous avons cru un instant qu'on allait nous annoncer qu'il n'y avait finalement pas de place pour nous.




Sur le ferry nous sympathisons avec Chantal et Marie-Clothilde, des Québécoises. Elles comptent rejoindre San Juan del Sur à quelques kilomètres de là mais il leur faut d'abord rejoindre la gare routière. Nous leur proposons de les déposer et une chose en entraînant une autre nous nous retrouvons tous les 6 dans un restaurant réputé pour ses recettes de crevettes 🍤 Petit resto conseillé par d'autres amis voyageurs, nous prenons un réel plaisir gustatif 😋 Il faut dire qu'on a peu accès aux produits de la mer durant notre voyage, ça nous manque.


Ce sera notre dernier arrêt sympa au Nicaragua. Après un peu plus de deux semaines nous comptons quitter ce pays le lendemain. Nous passons par un supermarché faire un gros plein de produits secs et conserves car le Costa Rica est réputé pour être très cher puis nous rejoignons notre spot dodo, un truck stop proche de la frontière. Ce soir, dernier apéro du Nicaragua en regardant Percy Jackson. Lise est toute excitée 😄 Il y a une règle chez nous, nous ne pouvons regarder les films issus d'un livre qu'après avoir lu ledit livre. Lise a fini les Percy Jackson depuis longtemps mais son frère vient juste de finir le premier tome. C'est donc une grande joie pour elle de pouvoir enfin voir le film 🤓



Bon allez, dodo, demain vamos a Costa Rica !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

🇨🇦 Bilan et budget du Canada

🇨🇵 Premier départ : Matthieu

🇨🇵 Résumé des épisodes précédents