🇸🇻 Retrouvailles à la décharge

Encore attristés par le départ de Mamie 😭 nous retournons dans la ville de San Salvador pour trouver un garage capable de changer nos freins. Nous savons depuis le Mexique que les garnitures de nos tambours arrières sont inexistantes et qu'il faut les changer. Cependant les pièces exactes n'existent pas sur le continent américain et c'est donc Mamie qui nous a emmené les pièces adéquates dans sa valise magique 🧙‍♀️ Sur la route Lise se plonge dans sa lecture pendant qu’Albin s'endort. C’est très rare qu’il s’endorme, les émotions ça fatigue 😴

En cette fin de journée du 12 avril nous nous rendons donc dans un atelier spécialisé dans les freins (taller frenos). Nous sommes immédiatement entourés par une petite dizaine de mécaniciens intrigués par notre présence 😕 Matthieu explique notre demande (changement de garniture de tambour, de cylindre et de liquide de freins) et après validation du patron, l'un des ouvriers commence à ouvrir le tambour droit après avoir surélevé le camping car 🛠️ Ce n'est rien de dire qu'il s'y est pris comme un manche car il a détérioré le système de freinage à l'intérieur en démontant la cloche du tambour avec tournevis et marteau 😱 Petite angoisse pour nous à ce moment là car si nous n'avons pas les bonnes références de pièces, notre séjour dans ce garage peut vite s'éterniser 😬

Fort heureusement après ce démontage laborieux, les pièces sont vérifiées, puis les deux côtés démontés, les tambours rectifiés et le liquide de frein changé. Impossible pour nous de garder un oeil sur toutes les étapes comme nous en avons l'habitude 👀 ils sont beaucoup trop nombreux à s'occuper de nous et chacun s’attèle à une tâche différente 🤩 L’ambiance est bon enfant, les mécaniciens partagent avec nous leurs connaissances de leur pays, ce que nous devons goûter ou visiter. Ils vont jusqu'à acheter une bouteille de leur boisson gazeuse orange et locale, le Kolashanpan, pour nous faire goûter 🥤 Les garçons apprécient, les filles trouvent le goût trop chimique 🧪 Nous distribuons à notre tour des petits gâteaux. Au final, le travail semble bien fait et avant la fin de la journée nous sommes libres de repartir, délestés d'environ 90€ 💸






Nous prolongeons notre séjour dans la capitale d'une journée supplémentaire afin de trouver les cadeaux de l'anniversaire d'Albin qui aura lieu dans 15 jours 🎁 Pour commencer nous sommes à la recherche d'un masque et d'un tuba offerts par ses grands-parents 🤿 Vous auriez tort de penser que c'est simple ; non seulement ce ne sont pas des objets courants au Salvador mais en plus ils se trouvent dans des endroits improbables. Dans notre cas nous avons trouvé un modèle qui nous convenait dans une quincaillerie, entre la peinture et les clous 😯

Deuxième et dernière recherche : une guitare 🎸 Albin en demande une depuis longtemps car il adore passer sa main sur les cordes. Nous avions vendu celle de Lucie avant de partir en pensant qu'elle nous encombrerait mais c'était manifestement une erreur. Trouver une guitare s'avère beaucoup plus simple que des palmes : on se rend chez Electro 2000 et on parle avec le vendeur qui nous propose un modèle pour débutant. Albin a même le luxe de choisir la couleur de sa guitare, bleue évidemment 🟦 À midi nous fêtons notre succès au Pollo Campero. L'après-midi nous avons découvert par hasard les Alliances Francaises : des groupes scolaires fréquemment installés dans les capitales des pays étrangers. Particularité : elles disposent souvent de bibliothèques avec des livres en francais. Rien ne pouvais faire plus plaisir à nos loulous que de se plonger dans des lectures de bandes dessinées en francais 😁 Nous quittons ensuite la ville bruyante et avec peu d’air pour monter dans les montagnes environnantes. Quel bonheur de retrouver de la fraîcheur, la journée se termine tranquillement dans notre spot nature au son du vent dans les arbres 🌲




Le lendemain nous nous rendons au Parque Nacional El Boquerón pour une randonnée. L'arrivée est un peu folklorique car la largeur de la rue diminue sans arrêt, alors que la pente augmente 😰 Nous avons quelques petites suées au moment de nous garer car aucun parking ne peut accueillir notre gabarit et il n'est plus question de faire demi-tour. Le policier en charge de la circulation nous propose donc de nous garer sur la route un peu plus en contrebas et à contresens, ce que nous arrivons à faire après quelques minutes délicates en marche arrière et en virage. On comprend soudain pourquoi les bus s'étaient garés bien avant 😅


Arrivés au départ de la randonnée, on comprend que celle-ci n'aura pas lieu 😟 Le site est beaucoup trop aménagé pour cela. Des marches et des passerelles permettent à tout le monde d'aller profiter de la beauté du volcan le plus proche de San Salvador, même aux petites femmes en talons aiguilles (true story). On a l’air malins avec nos chaussures de rando et nos bâtons de marche 😂. Cette balade d'environ 30 minutes n'est pas déplaisante mais manque cruellement de charme, malgré l'intérêt évident de se trouver sur la crête d'un volcan à observer son cratère, contenant lui-même un petit cratère appelé le Boqueróncito ðŸŒ‹






Bref après cette visite courte et pas intense nous avons la confirmation de retrouvailles avec nos amis les Sales Gosses et les Coconuts 🎉 Souvenez-vous ils étaient partis visiter le Guatemala pendant que nous allions chercher Mamie au Salvador et là boum 💥 nos routes se croisent à nouveau, avec un peu d'ajustements de part et d'autre 😆 Marie et Régis ont repéré un petit emplacement à Sochitoto, au bord du lac Suchitlán. Oui le même Sochitoto que lors de la journée des échecs avec Mamie 😁 Là nos amis viennent d'arriver à notre spot de retrouvailles et nous préviennent par message que c'est, je cite, “improbable” 🤪 Matthieu a peur de ce terme accolé à un emplacement auquel nous allons dormir mais bon. Nous finissons donc par arriver à une petite barrière en bois que nous ouvrons pour passer. Nos amis sont à portée de vue et nous entrons dans un grand espace communal effectivement improbable. À gauche nous trouvons un terrain de football en terre battue sur lequel des jeunes sont en train de disputer une partie ⚽ À droite une grande étendue herbeuse. À part sur le terrain de foot, l'endroit est jonché de déchets. On a déjà vu des endroits sales mais là c'est encore un niveau au-dessus, impossible de faire trois pas sans tomber sur un déchet quelconque, on dirait vraiment une décharge. Pour compléter le tableau quelques dizaines de vaches errent sur tout cet espace et disposent de grosses bouses par ci par là 🐄 Non clairement ce n'est pas super glamour, même si on est en bord de lac.



Cela n'empêche pas nos retrouvailles avec Marie, Régis, Anouck, Marin et Emma d'être très chaleureuses 🎊 De leur côté comme du notre nous sentons vraiment que nous sommes heureux de nous retrouver à nouveau 😍 Donc on repère un endroit à peu près plat, on enlève quelques déchets et bouses de vaches et on s'installe. On papote sur nos itinéraires respectifs depuis que l'on s'est quitté, les enfants jouent ensemble comme s’ils ne s'étaient pas quitté, on boit un coup ensemble, bref on est bien 😊 

Si tout le monde est content de se retrouver, c'est encore plus le cas de Lise et Emma 👭 Quand elles se sont quittées Emma nous a demandé comment elle pouvait contacter Lise et nous en bons parents qui limitons les écrans nous n'avons pu que lui proposer des moyens de contact indirects alors que Emma a un accès illimité au téléphone de Marie pour contacter ses copains et ses copines 📱 Cela nous a fait beaucoup réfléchir car il est vrai que nous ressentons que Lise a de grands besoins de contacts amicaux qui sont limités par la force des choses pendant notre voyage, même si elle appelle régulièrement des amis de France 📞 Au Salvador, nous avons donc décidé de donner à Lise l'ancien téléphone de Matthieu, dont il n'avait plus besoin suite à la réception de son nouveau avec Mamie, et de lui créer un compte WhatsApp. Le système Android est vraiment bien fait puisqu'à la reconfiguration du téléphone, un système de contrôle parental intégré nous a permis de choisir les applications autorisées ainsi que le temps d'écran par jour. Ainsi elle s'organise comme elle veut dans la journée pour parler avec ses amis ou notre famille. Elle a d'ailleurs maintenant plus d'informations que nous sur ce qui se passe dans la vie des uns et des autres 😛

Après cet intermède revenons avec nos amis. Les journées au bord du lac sont chaudes et on ne peut malheureusement pas se rafraîchir dans le lac Suchitlán 🥵 Celui-ci fait partie des lacs les plus pollués d'Amérique, la faute à la rivière Acelhuate qui s'y déverse en amenant quantité de déchets depuis San Salvador. Hors de question d'aller s'y baigner ou de sortir un Tiwal, au grand désespoir de Régis 😅 Les journées sont donc rythmées par l'école des enfants dans la matinée, partie de foot dans l'après-midi et atelier pupusas maison en soirée, le tout entrecoupé de jeux de société ou de plantages de drapeaux bretons près du feu de camp. Les mamans s'éclipsent en prenant le collectivo pour rejoindre le centre du village sous prétexte de se ravitailler en fruits et eau potable, elles en profitent pour prendre une glace au calme, sans enfants 😉 Pour les pupusas un petit blagueur a dû se glisser parmis nous : à la dégustation nous avons eu pas mal de pupusas natures (juste un galette de maïs bien dense du coup), en particulier Régis qui avec ses sélections malchanceuses n'a pas pu profiter de la subtile saveur du mélange quesillo-frijoles 😁











Mais le deuxième jour autour de notre campement, parmis les déchets nous trouvons une seringue 💉 Fort heureusement avant qu'elle ne s'enfonce dans quelqu'un. On vous l'a dit l'endroit est jonché de déchet. Nous avons bien tenté de faire un peu de nettoyage mais à nous tous en une demi-heure nous avions déjà remplis plusieurs sacs poubelles sans aucun effet visuel notable. Et par contre aucune poubelle à l'horizon. Les déchets ont donc fini dans le feu d'un habitant à la nuit tombée 🔥 Là une seringue c'est trop, on décide de changer d'endroit.


Matthieu et Régis partent en exploration aux alentours et trouvent un restaurant-camping avec piscine à moins de cinq minutes de route ! L'idéal pour nos tribus 😀 Exit la vue sur le lac et les déchets mais bonjour la fraîcheur de la baignade. Nous apprécions encore de nous baigner tous ensemble et de faire des jeux dans la piscine 🏊‍♀️





C'est là-bas que les enfants nous organiserons à nous, les parents, une chasse au trésor avec le plus grand sérieux. De la plus petite à la plus grande, ils se sont donnés à fond pour nous faire chercher les indices au fur et à mesure. Les énigmes sont très bien écrites et les cachettes ingénieuses, c'était vraiment super 🤩 Mention spéciale pour l'indice caché dans une pochette plastique sous un caillou dans la piscine 😁 Nous gagnons 4 sucettes et l’obligeance (sic) de leur organiser une chasse au trésor 🏴‍☠️





Donc inversion des rôles, nous nous attelons à la tâche. Pour corser un peu le truc c'est une chasse au trésor hors des murs avec balade en collectivo pour aller au centre-ville. Bien sûr il y a un peu de monnaie dans l'un des indices pour ce faire. Les enfants sont excités, ce n'est pas tous les jours qu'ils ont une chasse au trésor comme ça 😄 Arrivés au cœur de la ville de Sochitoto, ils trouvent rapidement le trésor : un gros billet de dollars pour payer une glace à tout le monde 💵 Les enfants sont épatés, comment les parents ont-ils pu préparer en avance cette chasse au trésor et laisser des indices dans la ville sans que personne ne les touchent 🤔






C'est avec ces interrogations que nous dégustons une bonne glace à la Neveria, le même endroit où nous nous étions posés avec Mamie lors de sa venue 🍦 La différence c'est que cette fois-ci la sublime église de Sochitoto est ouverte ! On peut donc prévoir tranquillement d'aller la visiter à la fin de nos douceurs. Ha bah non en fait elle ferme sous nos yeux 🫠 Tant pis, ce n’est que partie remise. Nous aurons finalement la chance de la visiter au tout dernier moment, le jour où nous quitterons la ville 😌


Les jours se suivent avec un plaisir sans cesse renouvelé mais malheureusement les Sales Gosses et les Coconuts doivent reprendre la route 🥹 Il ne leur reste que deux mois de voyage et ils souhaitent encore profiter de plusieurs pays sur la route et chaque jour devient donc de plus en plus précieux. D'autant qu'ils font rarement plus de 2h de route par jour. Malgré nos suppliques ils se contenteront de traverser le Honduras pour visiter plus en profondeur le Nicaragua et le Costa Rica. Toutefois nous nous sentons déjà extrêmement honorés qu'ils soient restés autant de temps en notre compagnie alors même que leurs jours sont comptés 🤣 C'est donc tristes de les quitter que nous leurs faisons nos adieux. Leur route va aller beaucoup plus vite que la nôtre et il est donc peu probable que nous les croisions à nouveau en voyage. Fort heureusement ils sont bretons, cela nous facilitera la tâche pour leur rendre visite à notre retour 😍 Les adieux sont de courtes durée pour les filles qui s'appeleront le soir même de leur séparation pour se donner des nouvelles 😂

Bonne route les amis 😘




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

🇨🇵 Premier départ : Matthieu

🇨🇵 Résumé des épisodes précédents

🇨🇦 Bilan et budget du Canada