🇲🇽 Le Chiapas

Ha le Chiapas ! Un état mexicain assez pauvre mais regorgeant de merveilles naturelles, origine d'un café connu au niveau mondial et terre de naissance du célèbre Emiliano Zapata, héros de la révolution mexicaine dont l'influence s'exerce encore aujourd'hui 😁 Comme nous le disions dans l'article précédent, nous avons besoin de repos et de plaisir 🏖️ Ce 16 janvier nous nous rendons aux cascadas de Roberto Barrios. Elles se situent dans le village éponyme qui est en pleine zone zapatiste, un territoire qui revendique son autonomie face au gouvernement fédéral 👮 C'est assez impressionnant de faire la route dans cette zone du Chiapas en voyant continuellement des panneaux rappelant que la zone est autonome et qu'elle est contrôlée par l'Ejército Zapatista de Liberación Nacional (Armée Zapatiste de Libération Nationale). Bon a priori ils sont non violents et accueillent volontiers les touristes donc pour nous la route se déroule sans encombres 🙂 Un petit droit de passage payé sur la route et nous pouvons rouler jusqu'à notre arrivée 😉

Nous arrivons enfin aux cascades, objets de notre visite. Sur le site environ une dizaine de cascades et bassins sont accessibles grâce à des sentiers aménagés et il est possible de se baigner dans toutes 🏊 L'eau est couleur turquoise, les parois faites de dépôts minéraux et les quelques arbres tombés dans les bassins sont tous blancs 🤩 C'est sublime et la baignade est appréciée, même si la température de l'eau refroidit un peu nos ardeurs 🥶



Le lendemain nous allons à Agua Azul, un lieu très similaire aux cascadas de Roberto Barrios, avec des cascades et des bassins d'eau minérale. On a beaucoup hésité à aller aux deux endroits ou à n'en faire qu'un seul mais au final les deux sont assez complémentaires 🤔 À Roberto Barrios les cascades sont plus petites et il est donc possible d'en profiter en s'y baignant. À Agua Azul les cascades sont beaucoup plus grandes, plus fortes et donc plus dangereuses pour la baignade qui se limite à un bassin en bout de course 😕 En revanche pour les yeux c'est beaucoup plus spectaculaire, les couleurs de l'eau sont bien plus vives et le débit plus fort permettent de ressentir plus intensément la beauté de la nature 😁 Bon on dit ça mais on a fait la visite de Agua Azul au pas de course, Lise étant restée au camping car malade nous n'étions pas forcément très rassurés de la laisser seule 🤒




Ha notre Lisoune ! Elle nous fait toujours des trucs bizarres 😵 Cette fois-ci on a eu un peu peur quand-même. Il y a 2 jours Lise s'est plainte de son doigt de pied. Comme d'habitude, Lucie regarde rapidement (réflexe infirmier) et découvre un beau panaris purulent (on vous passe les détails 🤢). Aussitôt découvert, aussitôt traité à l'aide de bain d'antiseptique plusieurs fois par jour. La nuit dernière soit 36 heures plus tard, malgré l'amélioration du panaris, Lise nous réveille avec une forte fièvre et beaucoup de plaintes 😓 Ça ne ressemble pas à un petit virus et l'épisode du panaris est trop frais pour que ce soit un hasard. Bien-sûr, aucun réseau à Agua Azul pour obtenir un conseil médical 😑 Nous prenons donc rapidement la route pour rejoindre au plus vite une grande ville au cas où nous aurions besoin de soins. Le trajet est pénible : Lise est allongée, la tête posée sur Lucie, elle alterne entre sommeil et plaintes de maux de tête, vertiges. Ça nous rappelle trop la méningite de l'année dernière et nous ne sommes pas tranquilles 😱 La télé-consultation demandée à l'assurance santé mettra plusieurs heures à nous répondre du coup nous prenons la décision de commencer les antibiotiques que nous avons en réserve 😷 L'amélioration est fulgurante ! Même si Lise restera fatiguée quelques jours la fièvre est un lointain souvenir après deux prises. Ouf, nous respirons de nouveau 😀

Revenons donc à ce fameux trajet, nous empruntons l'infâme route 199 du Chiapas. Cette route est fréquemment coupée par les villageois rebelles zapatistes qui interdisent alors tout passage sur cet axe principal 😬 La police et l'armée n'intervienne pas et cela peut durer plusieurs jours voir plusieurs semaines. Fort heureusement pour nous la route était dégagée lors de notre passage. D'après les locaux les zapatistes sont très actifs en décembre du coup plus calme au moment où nous passons 😌 Mais l'autre cause de la célébrité de la route 199 c'est qu'elle est pleine de topes d'où son petit surnom de "la route aux milles topes". Et là soudain on s'aperçoit qu'on ne vous a jamais parlé des topes 😲

Ce sont pourtant l'âme des routes mexicaines et chaque voyageur motorisé les redoute 😱 Il s'agit de ralentisseurs disposés sur la route de manière à réduire drastiquement la vitesse des véhicules. Assez souvent ce sont des dos d'âne d'environ 50 cm de large sur 20 cm de haut. Ça n'a pas l'air méchant vu comme ça mais ça fait drôlement bien marcher le commerce d'amortisseurs 😁 Niveau panneau on peut trouver une poitrine féminine ou une voiture qui s'envole (assez réaliste à pleine vitesse) ou pas de panneau. Niveau peinture c'est zébré jaune et blanc ou jaune ou pas de peinture du tout. Niveau emplacement c'est des fois logique (en pleine ville, près des quelques passages piétons qui existent) mais parfois pas (au milieu de l'autoroute, en plein virage sans visibilité). Et surtout c'est la quantité de topes qui les rendent insupportables. Il y en a beaucoup, beaucoup, beaucoup 🥲 Par exemple des amis voyageurs se sont arrêtés de le compter après plus de 400 topes sur environ 200 km de la route 199. Non je n'exagère pas 😮 On peut vous dire que les topes ne nous ont pas manqué au Guatemala !



Après une route longue et usante pour nos suspensions nous arrivons dans la charmante ville de San Cristobal de Las Casas où nous retrouvons des copains de voyage : Nico et Véro des Destinaterre que nous avions rencontré à Los Angeles 🤗 Les retrouvailles autour d'une soirée pizza sont chaleureuses et les enfants sont contents de se retrouver, de jouer ensemble et d'enfin pouvoir communiquer en français avec des copains 🍕 Ce soir là nous ferons également la connaissance de la You Can Road Trip Family, un couple qui voyagent avec ses deux enfants 👍 Contents d'avoir rencontré des nouveaux voyageurs 🙂





Nous nous retrouvons ensuite seuls au camping. Enfin seuls pas tout à fait, nous faisons immédiatement la connaissance de Noémie qui voyage seule dans son van aménagé et nous passons une autre chouette soirée d'apéro-discussion 😍 Nos échanges avec elle sont profonds et sincères et en peu de temps nous éprouvons de l'affection pour elle et espérons la recroiser. Nous apprendrons aussi que dans un pays machiste comme le Mexique il n'est pas forcément facile d'y voyager en tant que femme seule ☹️

Encore un nouveau jour, il est enfin temps d'aller explorer la ville de San Cristobal de Las Casas en famille. La veille Lucie et Albin s'y sont déjà promenés pendant que Matthieu veillait sur sa petite Lise toujours malade 🤒 La ville en elle-même est agréable, avec de jolis bâtiments bien entretenus mais très touristique. L'avantage c'est que nous trouvons assez facilement un salon de thé à la française dans lequel nous mangeons de très bonnes pâtisseries (ça nous manquait) 😋 Le reste de la journée consistera à déambuler dans la ville et son marché, au sein duquel Lise réalisera pour la première fois son marchandage seule en espagnol pour s'acheter un poncho 👍 






Ce soir là encore nous jouons la carte nostalgie de la France en allant dans un restaurant de raclette. On ne peut pas dire que la quantité était là malgré un prix exorbitant mais cela nous a fait drôlement plaisir 😋 On pourrait croire qu'il fait toujours très chaud au Mexique mais ce n'est pas forcément le cas, en particulier en hauteur comme par exemple à San Cristobal de Las Casas ; une raclette était donc tout à fait appropriée 😁


Ce camping sera aussi le lieu d'un début d'inquiétude pour le papa de Lucie. Il nous a en effet annoncé à Noël qu'une analyse sanguine n'était pas bonne. Aujourd'hui, après des examens complémentaires, le médecin n'a pas prit de gants pour lui annoncer qu'il fallait encore pousser les analyses 😞 C'est dur d'entendre ça en étant aussi loin. C'était notre choix de partir et nous savions que ça pouvait arriver mais la culpabilité est quand-même présente. On ne peut pas faire grand chose à part appeler et soutenir par téléphone. En tous cas on croise les doigts et on attend la suite.

Avant de partir les Destinaterre nous on conseillé un tas de chouettes lieux à visiter dans le Chiapas : cascada Aguacero, canyon del Sumidero ainsi que les fameux Parachico visibles au festival de Chiapa de Corzo. En temps normal nous y serions peut-être allés mais là non 😑 Nous avons une grosse flemme et plus d'envie de découvrir. Nous nous demandons même si nous avons envie de continuer notre voyage (la réponse est rapidement oui quand même). Nous n'arrivons pas à discerner les raisons qui font que nous sommes dans cet état : est-ce le départ des parents de Lucie qui nous rappelle que nous sommes loins de nos proches, est-ce le fait de revenir au Mexique et d'avoir la sensation de régresser dans notre voyage, la petite peur que nous a fait Lise, l'émotion et l'inquiétude pour Michel ? Dur à dire et à analyser mais pour nous ce n'est pas la grosse forme, plutôt la grosse flemme. Et comme on l'a appris depuis le début du voyage, il faut savoir s'écouter. Donc on saute ces étapes et on avance. Espérons que cela passe rapidement...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

🇨🇵 Premier départ : Matthieu

🇨🇵 Résumé des épisodes précédents

🇨🇦 Bilan et budget du Canada