🇲🇽 En route vers le Yucatan

Après avoir quitté nos amis avec un déchirement certain, nous reprenons notre route seuls, avec un mélange d’émotions : d’un côté nous sommes tristes d’avoir quitté nos amis et cette vie à plusieurs mais de l’autre nous sommes contents de nous reprendre la route et de continuer notre chemin 😕 Notre prochaine destination est la péninsule du Yucatan, à 800 kilomètres de là. Nous avons pour l'instant des attentes mitigées sur cette zone qui nous est encore inconnue mais que l'on nous a décrite comme très américanisée et très chère 💰

Mais nous n'y sommes pas encore 😀 Sur le chemin, plusieurs points d'intérêts nous tendent les bras. En premier lieu nous nous rendons à San Andrés Tuxtla. Le climat autour de cette petite ville est idéal pour la culture du tabac, ce qui en fait la capitale mexicaine du cigare 🚬 Nous choisissons d'aller visiter les Puros Santa Clara qui ne sont clairement pas touristiques 😋 On arrive tout d'abord dans une espèce de magasin et on lance quelques mots à la vendeuse comme quoi on aimerait bien visiter la fabrique de cigares mais on ne sait pas trop par où c'est, les horaires, tout ça... Elle part chercher un homme derrière une porte qui nous emmène immédiatement dans la fabrique qui était justement derrière ladite porte 😮 L'homme qui nous fait visiter est sympa et apprécie qu'on soit venus visiter avec nos enfants. Il tient dans sa main un cigare qu'il n'arrêtera pas soit de fumer, soit de rallumer pendant toute la visite. L'endroit sent fort le tabac séché ; nous humerons plusieurs feuilles de tabac de taille et de textures différentes mais honnêtement pour nous toutes ces odeurs se ressemblent 😬



La fabrique contient uniquement deux zones en plus de la boutique. Dans la première zone qui ressemble à une grande salle de classe, chaque employé dispose de son propre bureau. Certains sont occupés à classer les feuilles de tabac en catégories suivant leur taille et leur état mais la majorité s'occupe du roulage des cigares, chacun ayant sa propre taille à faire, des petits cigarillos aux gros barreaux de chaises en passant par les Robusto, la taille de loin la plus vendue qui représente près de 40% des 40000 cigares produits chaque mois.




Après le roulage des feuilles, les cigares sont pressés pendant 30 à 40 minutes avant qu'on leur pose leur touche finale : une feuille de tabac d'aspect impeccable, la cape.




La deuxième zone de la fabrique est dédiée au conditionnement, des petites pochettes individuelles en plastique jusqu’aux grandes boîtes en bois contenant plusieurs dizaines de cigares. On repartira ravis de cette visite dans ce monde qui nous est inconnu avec une petite boîte de 5 Robusto medio à déguster en bonne compagnie 😋











x

On poursuit notre route et on s’arrête sur le parking de La Venta. Ce site est un peu particulier pour nous car nous nous rappelons encore de manière très vive d'un documentaire sur Arte que nous avions vu un dimanche après midi environ un an avant de partir 📺 Il s'appelle "Les Olmèques, naissance d'une civilisation" et nous avions été captivés par le récit de ce peuple que nous ne connaissions alors même pas 🤪 Rien que cela justifiait pour nous le détour pour nous rendre dans ce site qui n'a rien d'exceptionnel il faut l'avouer, même avec son petit musée. Pas de gigantesques pyramides ou de débauches de sculptures mais des têtes olmèques, quelques stèles, un joli petit jeu de statuettes en jade et surtout une grosse colline au milieu du site, qui est probablement la plus vieille pyramide mésoaméricaine. Cette petite balade s’effectuera seuls, sous un fin crachin. Il a plu toute la nuit, ça faisait très longtemps que ça ne nous était pas arrivé 🌦️ Évidemment le soir même on s'est mis le documentaire d'Arte 😁







Un peu plus loin nous sommes aux portes de la péninsule du Yucatan qui comprend les états mexicains de Campeche, du Yucatan et du Quintana Roo. On se pose dans un spot vraiment très cool à Ciudad del Carmen 🏖️ Le bord de plage a été terrassé pour qu'on puisse y circuler et stationner le long de l'un des petits palapas (petits abris légers ouverts en bois) qui longent la plage sur des kilomètres 🤩 La plage est propre, il n'y a pas grand monde et juste derrière nous se trouve un parc de jeux pour les enfants. Les enfants y passeront pas mal de temps soit sur les jeux soit en roller pour Albin 🛼



Encore quelques heures de route et nous arrivons enfin dans la ville de Campeche située dans l’état éponyme. Nous n'attendions pas grand-chose de cette ville fortifiée contre les pirates 🏴‍☠️ à cause des commentaires de voyageurs qui nous ont précédés 😕 C'est sans doute grâce à cela que nous y passerons un bon moment, car oui il faut l'avouer la ville est extrêmement touristique. Comme nous n'avons pas d'objectif précis, nous errons le long des remparts. La ville avait deux accès, un côté mer appelé Puerta de Mar, et l'autre côté terre nommée de manière inventive Puerta de Tierra 😁 Entre ces deux portes, plusieurs casernes nommées baluartes hébergeaient les soldats chargés de défendre la ville 🪖 Nous monterons sur les remparts à la Puerta de Tierra. Ceux-ci ne font plus tout le tour de la ville car une partie a été détruite pour faciliter l'urbanisation. De manière assez amusante nous sommes enfermés sur les remparts pendant la visite. Pour sortir il faut sonner une cloche pour qu'un gardien vienne nous ouvrir 🔔











Dans la ville nous irons également traîner quelques dizaines de minutes à la bibliothèque municipale d'un look très austère.



La ville est assez animée en soirée vu que nous avons pu faire un cours collectif de zumba. Enfin “nous” c'est Lise et Lucie. Pendant ce temps-là Albin faisait du roller et Matthieu bah il regardait tout ça avec attention. Après cette dépense d'énergie nous allons assister aux répétitions d'une banda de guerra (orchestre militaire) que l’on entendait de loin avec leur trompettes et leurs tambours. Leur prestation est émaillée d'interventions criées sur un ton martial par le porte-parole qui agite son sabre (quand il ne le fait pas tomber 🤭).





Nous terminons la soirée en goûtant une marquesita, une spécialité mexicaine. Nous on pensait que c'était des crêpes donc on l'a demandée au sucre, le mec paraissait étonné, “Au sucre ? Ce sucre ?” Disait-il en nous montrant le pot et en en versant dans la main de Lucie. On aurait dû se poser des questions, surtout quand le marchand ambulant d’à côté est venu voir ce que ça donnait en riant 😁 En fait c'est une espèce de grande crêpe dentelle roulée sur elle même sur laquelle le sucre n'adhère pas 🤦 On comprend pourquoi les Mexicains la préfère au Nutella 😁



L'une des particularités du Yucatan sont les cénotes 🤩 Ces bassins remplis d'eau sont nés de l'érosion du calcaire souterrain ; jusque-là c'est sympa mais pas fou. Ce qui est particulier au Yucatan c'est que la majorité des cénotes sont disposées de manière concentrique autour du cratère de Chicxulub, créé par l'astéroïde qui aurait causé l'extinction des dinosaures 😲 


Nous partons explorer notre première cénote dans le village de Kopoma, la cénote San Tito. Nous l’avons choisie par hasard, car elle nous permettait de faire une activité sur la route pour la cénote suivante 😀 Celle-ci se trouve littéralement dans le jardin d'une vieille dame 👵 À notre arrivée, celle-ci enlève les planches de bois qui cachent l'accès à la cénote. On descend quelques marches de béton avant de finir les 4 derniers mètres via une échelle de métal. Nous sommes alors seuls dans une caverne de bonne dimension, plus aucun bruit extérieur ne nous parvient. Nous nous baignons dans des eaux translucides étonnamment chaudes et une atmosphère saturée d'humidité. Nous savourons cet instant 😃 Puis évidemment nous commençons à chahuter avec les enfants qui ont d'autres priorités que de s'extasier devant cette merveille naturelle 🙄







Nous apprendrons qu'il s'agissait d'une cénote fermée en nous rendant ensuite dans un endroit beaucoup plus touristique : les cenotes Santa Bárbara. Il s'agit d'un complexe touristique basé sur quatre cénotes dans lesquelles le gilet de sauvetage est obligatoire. Le chemin entre les quatre peut se faire à pied, en petit train tiré par un cheval ou en vélo comme nous l'avons fait 😀 Dans l'ordre on se balade dans une cénote fermée, puis une semi-fermée puis une ouverte avant de finir par une dernière ressemblant plus à une petite rivière. Bien sûr les cénotes sont beaucoup plus grandes que celle de la vieille dame. Nous sommes aussi beaucoup plus nombreux et cela gâche sans doute la majesté de l’endroit 😑 L'eau a beau être chaude à environ 25 degrés, nous apprécions des petites pauses au soleil pour nous réchauffer 🥶













Au hasard de notre visite nous sympathisons avec deux couples d'amis français qui sont tous les deux expatriés, l'un à Boston, l'autre à Montréal. Nous passons une agréable après-midi en leur compagnie à discuter des avantages respectifs à vivre aux États-Unis, au Canada, en France ou d'être nomade. Les enfants s'éclatent aussi vu qu'ils ont des petits copains de leur tranche d'âge 😁 Nous les quittons un peu à regret : nous aurions tous bien passé la soirée ensemble mais leur hôtel est situé à 1h30 à l’opposé de notre itinéraire 😬




Tant pis, peut-être le hasard les remettra-t-ils un jour sur notre route 🙏

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

🇨🇵 Premier départ : Matthieu

🇨🇵 Résumé des épisodes précédents

🇨🇦 Bilan et budget du Canada