🇧🇿 I Belize I can fly 🎶

Ha le Belize ! Un tout petit pays d'Amérique centrale, inconnu de beaucoup et parlant anglais 😲 On ne savait pas du tout quoi attendre du pays on l'a donc abordé l'esprit ouvert en voyant au jour le jour ce qu'il pouvait nous réserver. Nous n'avons pas été déçus 🤯

Bon avant partir à la découverte de ce pays d'un peu plus de 400000 habitants il faut d'abord passer la frontière ce 5 mars. Nous obtenons tout d'abord les tampons de sortie au Mexique avant d'annuler l'importation "temporaire" de 10 ans du camping car, le tout sans aucun frais 😀

Juste après la frontière belizienne et juste avant les formalités d'entrée se trouve une zone économique spéciale, la Belize Free Zone, normalement détaxée 🤑 Attirés par les bonnes affaires, nous passons évidemment y faire un tour contre un droit d'entrée d'environ 1€. Nous trouvons des produits alimentaires que nous n'avions pas acheté depuis longtemps comme des Ferrero Rocher, du nougat, ... 😋 A des prix défiant toute concurrence ! Vraiment les dollars beliziens c'est top on a l'impression d'être riches, comme si tout était presque à moitié prix 🤔 Sauf si c'est pas en dollars beliziens que les prix sont affichés mais en dollars américains (1 dollar américain = 2 dollars beliziens) 😱 On comprend notre erreur après notre passage en caisse, on s'est fait rouler comme des bleus 🤬

On part donc de cet endroit de malheur le bolide plein de sucreries et on part faire nos papiers pour entrer officiellement au Belize. Nous remplissons pour chacun d'entre nous un petit formulaire et nous passons devant l'agent d'immigration tranquillement installé dans son bocal climatisé 👮 Celui-ci est un peu soupçonneux et nous pose quelques questions avant de nous accorder l'entrée dans le pays pour un mois. L'importation temporaire du véhicule est beaucoup plus simple, aucune photocopie n'est à fournir et nous coûte moins de 15€ 🥳

Petit tour au bureau de l’assurance belizienne, à ne surtout pas oublier ! Des connaissances de voyage ont passé plusieurs heures en compagnie de policiers par défaut de ce petit sticker sur leur pare-brise 👮 Petit tour dans la première ville pour acheter quelques fruits et légumes, retirer de l’argent et nous trouver une carte sim locale pour internet. Nous voici prêts à rouler 🚗

Nous nous rendons à 2h30 de route de là vers notre première destination dans ce nouveau pays. Lucie est ravie de la taille modeste de ce dernier qui permet de l'appréhender plus facilement et de faire moins de temps de route entre chaque point d'intérêt 😁 Première constatation évidente, ça parle anglais. Ça nous fait bizarre après 4 mois à ne parler qu'espagnol. Lucie a même du mal parfois à retrouver les mots anglais 😛 Deuxième constatation : les routes sont plus larges et en meilleur état qu'au Mexique ou qu'au Guatemala. Un véritable plaisir 😀 Enfin dernière constatation, le pays est beaucoup plus propre que ses voisins 🗑️ Pas de déchets au bord de la route, des jardins bien tenus et des maisons plus cossues 🤩 On ne sait pas encore trop à quoi attribuer tout ça 😐

Nous arrivons enfin au Community Baboon Sanctuary. L'ambiance est vraiment détendue ; un noir que l'on ne connaît ni d'Ève ni d'Adam nous accueille. Oui vous stationnez là ensuite vous allez chercher machin et vous lui dites que c'est pour passer la nuit. Renseignements pris, c'est juste un quidam sympa 😉Nous voici donc installés sur le parking du sanctuaire. Les enfants sont heureux de câliner deux chatons 🐱 Nous nous calfeutrons dans le bolide à la tombée de la nuit afin d’éviter les moustiques 🦟 L’une de nos rencontre de voyage a attrapé la dengue au Belize trois semaines avant que nous n'y arrivions, ça fait un peu peur 😱 Il fait chaud, les douches froides à disposition font du bien avant de dormir ☺️


Après notre nuit nous partons visiter une partie de la réserve avec un guide. Celui-ci nous explique le fonctionnement : le sanctuaire se charge essentiellement de développer des opportunités de travail pour les gens de la communauté afin qu'ils continuent d'accepter de ne rien faire de leurs terres, sur lesquelles vivent les singes hurleurs 🐒 Car oui le sanctuaire ne possède aucune terre en propre, celles-ci appartiennent à plus de 200 propriétaires différents. Ils mettent donc l'accent sur les opportunités économiques (création d'une scierie, artisanat, tourisme) et sociales (école, ateliers peinture sur le mobilier urbain, ...). Ils n'ont aucune subvention et n'en veulent de toute façon aucune ; leurs seuls financements directs sont les frais de visite du sanctuaire 😉

Après 10 minutes de marche nous arrivons dans un espace assez dégagé dans lequel trônent de grands arbres 🌳 Notre guide se met alors à chercher les singes hurleurs, car ce sont des animaux territoriaux qui vivent en familles de plus ou moins 7 individus. Après que nous les ayons trouvé nous les observons : ils sont agiles comme tous les singes mais leur particularité est d'émettre des cris très forts, que l'on peut entendre à des kilomètres à la ronde 🤩 Ils s'en servent pour communiquer avec leurs congénères d'autres familles, soit pour déclarer leur territoire, soit pour trouver de nouvelles partenaires. Détail amusant : leur cri a notamment été utilisé dans Jurassic Park pour créer des hurlements de dinosaures 🦖


La famille de singes hurleurs que nous avons vue est la seule vers laquelle les touristes sont dirigés. De fait ils sont relativement habitués à la présence des être humains même si ils vivent en liberté. En revanche le reste des 4000 à 5000 singes de la réserve sont totalement préservés. Lors de notre visite nous avons été hypnotisés par ces créatures étonnantes dont nous avons souvent entendu les cris au petit matin 🐵

Après ce cours de SVT grandeur nature nous nous rendons à Belize City, à moins d'une heure de là. Nous nous garons sur un petit parking face à la mer, près des lettres colorées BELIZE. Beaucoup de touristes se contentent de passer à Belize City qui propose plusieurs liaisons vers les cayes (îles) 🚤 notamment les plus connues touristiquement comme Ambergris Caye et Caye Caulker. L'intérêt principal de ces îles qui font la réputation du Belize est d'être sur la barrière de corail mésoaméricaine, la deuxième plus grande barrière de corail au monde, avec évidemment les fonds sous-marins qui vont bien pour le snorkeling et la plongée 🤿 Malheureusement un séjour sur l'une de ces îles est inenvisageable pour notre budget, on serait aux alentours de 1000€ pour nous quatre pour deux jours et une nuit avec une excursion de snorkeling. Même ordre de prix pour aller survoler le Great Blue Hole ou pour y plonger. Quand on vous dit que le Belize c'est cher 💸

On se contente de visiter la ville qui n'a aucun charme. On découvre un artiste qui expose ses tableaux engagés dans la rue pendant qu'il est embauché pour réaliser une fresque sur la vie marine beaucoup plus consensuelle 😅



On achètera également quelques meat pies, spécialité locale issue de la cuisine anglaise et nous finirons la journée en nous posant un bon moment dans la bibliothèque municipale, dans un style totalement différent de celle de Campeche 😀




Enfin nous visiterons également le lendemain le musée du Belize qui n'a pas vraiment d'intérêt pour nous : quelques oeuvres d'art d'un artiste local, une petite collection de bouteilles de bière des siècles passés et de pièces de monnaie de la même période pour finir sur des panneaux explicatifs sur l'esclavage qui nous ont tout de même permis d’expliquer le commerce triangulaire aux enfants. Car on y reviendra dans le prochain article mais une partie de la population du Belize descend des anciens esclaves emmenés d'Afrique. Toute notre visite s'est faite dans un bâtiment situé juste à côté de la banque nationale bélizienne 😀 Nous apprécierons surtout la climatisation car oui, il fait chaud 🥵


Nous avions voulu visiter le musée du Belize la veille mais nous y avions trouvé porte close à 14h 🤔 Une situation exceptionnelle due aux élections municipales qui avaient lieu à ce moment-là. Il faut savoir qu'au Belize il n'y a que deux partis politiques, leurs couleurs sont par ailleurs reprises sur le drapeau national 🇧🇿 Autre détail amusant, la vente d'alcool est interdite les jours d'élection pour éviter que les esprits s'échauffent dans les deux camps qui tiennent des stands quasiment à tous les coins de rue. Matthieu n’aura pas sa bière ce soir-là à son grand désespoir 😒

Nouveau jour, nouvelle visite. C'est fois ci c'est au zoo du Belize que ça se passe. Nous ne sommes pas forcément fans des zoo mais celui-ci nous a été présenté comme un refuge accueillant des animaux qui ne peuvent plus être relâchés dans la nature ou alors gardés à des fins de conservation de l'espèce. Nous avons pris du plaisir à déambuler dans les allées ombragées et à chercher dans la végétation les animaux qui s'y cachaient. Nous avons pu notamment voir des tapirs et en particulier le Baird's Tapir, aussi surnommé Mountain Cow (vache de montagne) qui est l'animal national du Belize, des jaguars, des pumas, une loutre, des singes, des tortues, des vautours, des aras macaos, ... On apprécie de les voir aussi proches mais on s'interroge. Certains d'entre eux ont un panneau explicatif sur leur histoire et la raison pour laquelle ils ne peuvent être relâchés. Cependant ce n'est pas systématique, alors que font là les autres ?







Sur la route nous tombons par hasard sur Slimane et Louison (les Travel With Us) que nous n'avions pas revu depuis Los Angeles 😀 Ils viennent de terminer leur repas et s'apprêtent à quitter le Belize alors que nous nous arrêtions juste pour acheter du pain 🤯 Nous parlons pendant près d'une heure et nous nous quittons après avoir brièvement discuté le fondateur des rhums Compagnie des Indes qui est justement en tournée d'achat dans les pays producteurs.

Décidément, le monde est vraiment petit 😊

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

🇨🇵 Premier départ : Matthieu

🇨🇵 Résumé des épisodes précédents

🇨🇦 Bilan et budget du Canada